stratégie

Syndicalisme: cinq défis à relever, vu par Le Monde

 Michel Noblecourt, journaliste au Monde, chargé notamment de la rubrique « vie syndicale », nous a communiqué son article de commentaire sur le livre : Syndicalisme : cinq défis à relever, paru dans Le Monde du 17 février 2015. Nous l’en remercions. 

130201-logo-le-monde« Syndicalisme : cinq défis à relever. Unissons-nous ! » Ouvrage collectif coordonné par Jean-Claude Branchereau et Patrick Brody, Editions Syllepse, 140 p., 10 euros

Ils sont onze syndicalistes d’horizons divers – CGT, CFDT, CFTC, FSU, UNSA – qui ont au cœur une même préoccupation : le syndicalisme se délite et apparaît « de moins en moins crédible ». Se disant à la fois « radicaux » – « nous œuvrons pour un changement où le travail prendrait le pouvoir sur le capital » – et « réformistes » – ils cherchent à « changer en mieux, obtenir des améliorations » –, ils ont choisi, dans une démarche inédite, de s’exprimer ensemble, sous la houlette de deux militants cégétistes, Jean-Claude Branchereau (banque) et Patrick Brody (commerce) pour changer le syndicalisme. Ce livre n’est pas un cri de détresse. Il ne brise pas tous les tabous. Mais il avance des propositions décapantes.

Ce « syndicollectif » identifie cinq défis à relever d’urgence. Le premier, c’est la revendication « en lien avec les salariés ». Plus radicaux que réformistes, les auteurs défendent « un syndicalisme offensif de résistance et de progrès ». Critiques sur l’accord de 2013 sur l’emploi, signé par la CFDT, ils invitent à « bien distinguer compromis, avancées partielles et reculs ».

Sur le défi de l’unité, ils jugent que les raisons historiques de la division syndicale sont« pour certaines obsolètes » et ironisent sur ces forces qui agissent ensemble à la Confédération européenne des syndicats et à la Confédération syndicale internationale et se battent entre elles en France. Leur idée de créer un « conseil national permanent du syndicalisme » ne manque ni d’audace ni d’utopie…

« Changement de paradigme »

Le troisième défi est celui de la démocratie qui doit être « réellement participative », ce qui suppose que « les syndiqués doivent pouvoir décider, être consultés », d’abord dans l’entreprise. Sur la sacro-sainte indépendance, ils préconisent un « dialogue ouvert au grand jour » afin de réinventer les liens entre syndicalisme et politique : « Ni subordination, ni instrumentalisation, ni indifférence, c’est un rapport d’égal à égal qu’il convient de construire. » Enfin – cinquième défi –, ils plaident pour un « changement de paradigme », en intégrant la dimension européenne « depuis l’élaboration des revendications jusqu’à la négociation en passant par la définition des modes d’action ».

Pour Pierre Héritier, ancien secrétaire national de la CFDT, à son aile gauche, le syndicalisme « est menacé d’assèchement. Il doit retrouver sa place là où sont les salarié(e)s ». Gérard Aschiéri, ancien secrétaire général de la FSU, juge « mortifère »le clivage entre réformistes et radicaux : « Le syndicalisme qui se réclame de la transformation sociale a aussi besoin d’efficacité à court terme et de victoires partielles, tandis que le syndicalisme qui se dit réformiste se trouve vite bloqué par des marges qui ne font que se rétrécir s’il se contente de s’y inscrire. » Ce manuel est souvent discutable. Mais il est utile à méditer pour qui veut redonner de la crédibilité au syndicalisme.

Michel Noblecourt

Marianne et les cinq défis du syndicalisme

Article paru dans Marianne. 

Réinventer le syndicalisme, et vite…: cinq défis à relever.
Ouvrage coordonné par Jean- Claude Branchereau et Patrick Brody, Syllepse, 140 p., 10 €.

couv

Comment relever le déf du syndicalisme au XXIe siècle ? L’affaiblissement et la crise de confiance que traversent les organisations syndicales donnent une idée de l’enjeu. Un vaste chantier auquel des militants de la CGT, de la FSU, de l’Unsa, de la CFDT et de la CFTC, qui se présentent comme « radicaux et réformistes », se sont attaqués dans un ouvrage collectif. En commençant par établir la liste des erreurs et des renoncements. En privilégiant aussi la proximité avec les institutions – patronat et pouvoirs politiques –, les centrales syndicales ont délibérément mis de la distance avec les salariés qu’elles prétendent défendre.
Elles ont produit « des militant(e) s indéboulonnables qui gardent le même mandat pendant des années sous prétexte qu’il n’y a personne pour les remplacer ». Et elles sont passées à côté des mutations du monde du travail en en désertant des pans entiers : ouvriers et employés des PME et des TPE, travailleurs précaires ou sans papiers. Sans oublier, les divisions, les dispersions : « Aujourd’hui, explique Gérard Aschieri, ex-secrétaire général de la FSU, le spectacle qu’offre le mouvement syndical est celui d’un éclatement illisible, qui donne le sentiment d’un spectaculaire retour en arrière. » A cela s’ajoute une perte de confiance généralisée dans l’efficacité collective. La confiance s’est délitée. Comment vaincre le sentiment d’impuissance qui s’est emparé de l’opinion, et renouer avec un syndicalisme de masse menacé d’assèchement ? Si les auteurs ne donnent pas de solutions clés en mains, ils ouvrent des pistes de réflexion : « démocratiser les pratiques » par la consultation permanente des salariés ; privilégier l’unité ; « ouvrir grand les portes et
les fenêtres aux jeunes » ; développer « un syndicalisme d’adhérents ».
Mais aussi « réinventer des liens entre syndicalisme et politique » ; lutter « syndicalement » contre une extrême droite qui progresse dans le monde salarial… Faute de quoi, mettent-ils en garde, le syndicalisme risque de devenir « au mieux un corps intermédiaire de médiation sociale qui accompagne les décisions prises “en haut”, au pis un conglomérat d’appareils ne touchant pas l’ensemble du salariat ». ■
par Perrine Cherchève

Après le CCN de février : une autre CGT ?

Voici la déclaration issue du Comité confédéral national des 2 et 3 février.

 

siteon0-dc90f

Communiqué du Comité confédéral national

Mercredi 4 février 2015

Le Comité confédéral national de la CGT (CCN), réuni les 3 et 4 février 2015, a élu un nouveau Bureau confédéral, une Administratrice, Colette DUYNSLAEGER, et le Secrétaire général Philippe MARTINEZ, recueillant tous une très forte majorité.

Les dernières actions menées, telles que les manifestations contre le projet de loi Macron, la mobilisation des cheminots, des salariés de l’Energie, ainsi que le conflit des routiers, ont démontré la capacité des salariés à se mobiliser avec une CGT visible sur le terrain des revendications.

De même, les mobilisations syndicales en Espagne, en Belgique et en Italie, comme le résultat des élections en Grèce, sont porteurs d’espoir pour de nombreux citoyens, en créant une fissure dans le paysage européen monocorde, ultralibéral et austéritaire. La CGT souhaite que cette victoire électorale se traduise par des avancées et de nouveaux droits pour les salariés grecs. Le 18 février 2015 sera l’occasion pour la CGT de s’inscrire dans l’action de la Confédération syndicale internationale pour la préservation du droit de grève.

Le CCN a décidé d’une préparation exceptionnelle, au plus près des syndiqués, de son 51ème congrès qui se tiendra au printemps 2016. Ainsi, la CGT a décidé de partir des préoccupations et des aspirations des salariés et des propositions des syndicats sur le terrain, afin de construire un syndicalisme aux contours du salariat d’aujourd’hui, un syndicalisme qui articule démocratie syndicale et démocratie sociale, contestation et propositions.

Pour ce faire, le CCN décide d’aller à la rencontre de ses syndicats sur l’ensemble du territoire et l’ensemble des champs professionnels. La campagne « coût du capital » sera un point d’appui.

Il a aussi décidé d’amplifier sa campagne de syndicalisation en direction des salariés, là où la CGT existe, comme là où elle est absente ; une campagne qui s’adresse à tous, actifs comme retraités, privés d’emploi et précaires, travailleurs migrants, ingénieurs et cadres, jeunes et femmes. Le 8 mars sera l’occasion pour la CGT d’affirmer ses revendications en faveur de la reconnaissance de la place des femmes dans la société et pour l’égalité professionnelle et salariale. En effet ces dernières sont les premières impactées par les politiques d’austérité.

Dans le cadre du processus de lutte engagé confédéralement, la CGT porte toutes les initiatives en cours, et à venir, décidées par les organisations et décide d’une journée nationale interprofessionnelle et intergénérationnelle de mobilisation et d’arrêts de travail. Pour y parvenir, elle travaillera à créer les conditions de l’unité syndicale la plus large afin de redonner espoir aux salariés en proposant des alternatives aux politiques d’austérité en agissant pour une autre répartition des richesses créées par le travail.

La CGT réaffirme sa combativité et sa disponibilité pour agir avec les salariés contre la stratégie du patronat et la politique du gouvernement : pour l’augmentation des salaires et des pensions, pour l’emploi durable, pour l’amélioration des conditions de travail, pour des services publics de qualité et un haut niveau de protection sociale.

Montreuil, le 4 février 2015

Entre deux CCN : prospectives sur la CGT

Liens : http://www.regards.fr, onglet « société »

et : http://www.ensemble-fdg.org, onglet « luttes sociales » 

 

 

La CGT joue son devenir… et pas seulement le sien

Secouée par la contestation de son secrétaire général, la CGT connaît une crise qui dépasse cette affaire. Roger Martelli analyse ses enjeux, à la lumière de l’histoire de la centrale et du syndicalisme… et de leur avenir.

Tout le monde sait que la CGT est dans la tourmente. Les dépenses de son secrétaire général ont déclenché la crise (lire « À quoi rêve Thierry Lepaon ? »). Elles n’en sont pas la cause. Que deux des prédécesseurs de Thierry Lepaon (Georges Séguy et Louis Viannet) aient rompu le traditionnel devoir de réserve des anciens pour demander le départ de l’actuel secrétaire de la CGT en dit long sur la gravité de l’enjeu. En fait, ce n’est rien moins que l’avenir d’une CGT déjà affaiblie qui se trouve en question.

La galaxie s’est défaite

Le syndicalisme français présente une double originalité dans le paysage syndical européen [1]. D’une part, il est dominé depuis le début du XXe siècle par la volonté d’une indépendance affirmé du syndicat par rapport au parti politique. La France n’a connu ni le modèle travailliste anglais (subordination du parti au syndicat) ni le modèle social-démocrate allemand (subordination du syndicat au parti). À la limite, le seul moment où s’est opérée une symbiose du syndicalisme et du politique s’est vu à l’époque où la CGT a été englobée de fait – mais non de droit – dans la galaxie communiste, de la Libération aux années 1990. La seconde originalité tient à ce que le courant réformiste de type nord-européen est resté longtemps minoritaire dans le syndicalisme français.

Pendant quelques décennies, la CGT a ainsi incarné un syndicalisme marqué par une triple caractéristique : majoritaire dans le monde du travail (ce qu’attestent les élections professionnelles de l’après-guerre) ; marqué très à gauche par le poids d’un communisme politique lui-même oscillant entre 20 et 25 % des suffrages jusqu’aux années 1970 ; exprimant la synthèse originale d’un syndicalisme à la fois « de classe et de masse », pour reprendre la terminologie officielle longtemps employée.

Or cet équilibre est définitivement rompu, sur fond de désagrégation générale des structures du « mouvement ouvrier ». Les vingt dernières années sont marquées par un quadruple phénomène : l’évolution des formes de la conflictualité, concomitante des transformations du travail et de celles du salariat ; l’affaiblissement structurel général du syndicalisme (phénomène largement européen) ; le recul de la CGT (en adhérents et en voix) et le rééquilibrage du mouvement syndical ; la désagrégation des liens entre la CGT et le PCF, lui-même en déclin continu. La force du communisme français tenait à ce que le parti était au cœur d’une galaxie incluant le syndicalisme, des associations actives et un réseau municipal élargi. La « galaxie » s’est défaite. Le syndicalisme incarné par la CGT en est à la fois plus libre… et plus solitaire. La CGT résiste mieux que le PCF ; elle n’en est pas moins affectée par la rétraction. Sa place sociale est réelle ; elle est toutefois en jeu.

Le syndicalisme français confédéral est plus diversifié que jamais. Le dilemme du premier des syndicats français est de ce fait difficile. Il a pu être en partie occulté, entre 2007 et 2012, au temps du libéralisme sécuritaire et arrogant de Nicolas Sarkozy. Il revient en force quand la gauche, même droitisée, accède aux responsabilités (lire l’interview de Sophie Béroud). Où en est-on aujourd’hui ? Force ouvrière incarne une voie particulière, combinant le pragmatisme d’une organisation qui a fait longtemps de la négociation sa marque de fabrique et la radicalité quasi corporative d’un discours centré sur la défense intransigeante des statuts anciens. Depuis son « recentrage » amorcé à la fin des années 1970, la CFDT a pris la place, naguère occupée par FO, d’un syndicat de compromis, à la recherche de consensus entre patronat et monde du travail, soucieux de « modernisation » et de « fluidité », tout autant que de protection du salariat. Quant à la radicalité historique du monde syndical, elle est reprise – outre l’existence du syndicalisme anarchiste de la CNT – par la mouvance originale de Sud-Solidaires, ouvertement inspirée de la pente syndicaliste révolutionnaire de la Charte d’Amiens.

La combativité et l’utilité

Et la CGT ? Elle incarne de façon forte la combativité et souvent la colère. Pas une manifestation revendicative, pas une action d’entreprise sans l’omniprésence du sigle CGT. Mais la combativité, même sur le plan syndical ne suffit pas à définir l’utilité, qui se situe toujours du côté de la capacité concrète à améliorer les choses. Quand la tendance historique était à l’homogénéisation de la classe et à la concertation salariale, quand elle était à l’expansion du « mouvement ouvrier », cette capacité était relativement facile à délimiter. Elle l’est beaucoup moins quand le temps est à la désindustrialisation, à l’éclatement des statuts et à la dispersion géographique.

La CGT sait, par tradition, que le dynamisme syndical tient à la largeur du spectre que l’on peut mobiliser. Elle sait donc qu’une faiblesse du mouvement syndical français tient à son éparpillement. Elle énonce à partir de là l’exigence de ce qu’elle appelle un « syndicalisme rassemblé ». En cela, elle ne rompt pas avec la tradition ancienne d’une CGT à la fois très identifiée par ses référents « de classe » et capable de rassembler le monde du travail très au-delà de ses frontières mentales et doctrinales. Mais cette CGT agissait dans un environnement où la culture d’une certaine « radicalité » et en tout cas l’univers mental de la « transformation sociale » étaient largement majoritaires à gauche et dans l’espace salarial, ancien et nouveau.

Par ailleurs, la CGT a expérimenté les limites d’un syndicalisme plus prompt à dire « non » qu’à énoncer des propositions. La propension contestataire suffisait peut-être à définir une identité positive dans une phase de croissance économique et d’État-providence : l’affirmation pure d’un rapport des forces permettait en effet des transferts significatifs de richesse, de la production et des services vers le monde du salariat. Le bras de fer devient moins efficace dans un système de matrice avant tout financière, où la redistribution générale se tarit en même temps que la sphère publique se rétrécit. Alors le problème politique de la régulation globale et du « système » prend une place de plus en plus déterminante.

La CGT, elle, incarne de façon forte la combativité et souvent la colère. Pas une manifestation revendicative, pas une action d’entreprise sans l’omniprésence du sigle CGT. Mais, même sur le plan syndical, la combativité ne suffit pas à définir l’utilité, qui se situe toujours du côté de la capacité concrète à améliorer les choses. Quand la tendance historique était à l’homogénéisation de la classe et à la concertation salariale, quand elle était à l’expansion du « mouvement ouvrier », cette capacité était relativement facile à délimiter. Elle l’est beaucoup moins quand le temps est à la désindustrialisation, à l’éclatement des statuts et à la dispersion géographique.

Trois séries de problèmes et de défis

Réunis à nouveau ce mardi 6 janvier, les 56 membres de la Commission exécutive nationale de la CGT feront un pas de plus dans la résolution de la crise, avant une nouvelle réunion du « Parlement » de la confédération, le Comité confédéral national, une semaine plus tard. Le sort du secrétaire général ne devrait donc pas être leur seul sujet d’inquiétude. En fait, ils sont confrontés à un entrelacement de problèmes et de défis, qui portent sur la structure même du syndicalisme et sur sa position dans l’espace sociopolitique français et européen.

1. Militants et responsables se sont convaincus depuis une bonne décennie que la vieille structure duale de la CGT (la verticalité des fédérations de métier et l’horizontalité territoriale de l’interprofessionnel) ne correspondait plus à l’organisation contemporaine du travail (à la fois « mondialisé » et parcellisé), aux formes décentralisées de confrontation-négociation et aux modes plus généraux de la sociabilité populaire. Au bout du compte, la CGT a cessé de représenter la totalité du monde du travail, et notamment les travailleurs précaires, les PME, les entreprises de sous-traitance et même le secteur privé en général. Mais si le constat est à peu près bien établi et partagé dans l’organisation, les conséquences pratiques ont du mal à être mises en place et évaluées en retour. Cette situation crée une difficulté de lisibilité pour la confédération tout entière et elle accroît le risque de tensions entre corporations ou même de conflits de personnes, au détriment de la dynamique d’ensemble du syndicat.

2. Le rapport global à la société est l’autre champ qui reste à éclaircir. La CGT, on l’a vu, s’est historiquement inscrite dans une logique originale de « radicalité » par rapport au système global. Cette radicalité n’a certes jamais existé sans l’équilibre d’un solide « sens du réel », n’ignorant jamais l’exigence d’efficacité et donc la nécessité d’avancées partielles, tant au plan de l’entreprise qu’à celui de l’État. Mais cet équilibre était d’autant plus concevable et reproductible que les mécanismes de « l’État-providence » autorisaient des plages de redistribution.

Or l’évolution du capitalisme depuis plus de trois décennies et, plus encore, l’existence d’une crise systémique redéfinissent la donne en profondeur. Il devient plus que jamais nécessaire, sauf à accepter la logique du capital financier mondialisé, d’articuler chaque lutte concrète, défensive ou offensive, à une action concertée sur le « système » lui-même, à des échelles de territoire de plus en plus interpénétrées (du local de l’entreprise jusqu’au niveau continental voire planétaire).

Mais dès lors le syndicalisme se trouve placé devant une contradiction incontournable. D’un côté il ne peut parvenir à des résultats, partiels ou globaux, que sur la base d’une logique de rassemblement ; il doit donc vouloir être un « syndicalisme rassemblé ». D’un autre côté, il est travaillé lui aussi par la polarité entre une culture revendicative plutôt portée vers l’intégration dans le système (sur le modèle nord-européen) et une autre culture qui, sans négliger les compromis immédiats, est plus attentive à la nécessité de réformes structurelles capables d’installer durablement une autre figure du travail, de sa dignité et de sa reconnaissance. D’une façon ou d’une autre, aujourd’hui comme hier, dans l’espace des relations de travail comme dans celui de l’action politique, le poids respectif des deux « cultures » pèse sur l’évolution générale. Que la tradition critique, tant syndicale que politique ou associative l’emporte sur une logique d’accommodement ne peut être sans importance notable pour une tradition syndicale comme celle de la CGT.

3. Reste alors à avancer sur un troisième grand chantier, qui est celui du rapport entre syndicalisme et vie politique. En fait, il s’agit plus largement de l’enjeu démocratique. Qu’il le veuille ou non, le syndicat pâtit aujourd’hui d’une crise générale de toute institution. Toutes les sociétés dites « modernes » (les sociétés « bourgeoises-capitalistes ») se sont construites sur la séparation du « social » et du « politique ». Au début du XXe siècle, il en est résulté un partage des tâches : les syndicats et les associations se sont vu attribuer la gestion du « social », tandis que les partis disposaient du monopole de gestion du politique.

Quel projet de société partagé ?

Or le développement contemporain voit les frontières se faire plus floues, entre public et privé, entre économique, social, politique, culturel et même éthique. Si la spécificité de chaque type d’organisation ne disparaît pas (le syndicat n’est ni le parti ni l’association), le monopole de leur fonction perd de son caractère absolu. Les vieilles formules (le syndicat énonce les demandes ; l’État et les partis la traitent dans l’espace public) ne suffisent plus aujourd’hui. Face à la loi de la marchandise, la finalité du développement sobre des capacités humaines doit se redéfinir et s’imposer.

Or il n’existe à ce jour que trois modèles d’articulation du social et du politique, le modèle travailliste et le modèle social-démocrate évoqué plus haut, et celui du « syndicalisme révolutionnaire », pour lequel le syndicat incarne l’ensemble des fonctions nécessaires à la promotion du monde du travail. Il se trouve que ces trois modèles sont entrés en obsolescence, plus ou moins forte, plus ou moins rapide.

Il n’y a donc pas d’alternative sérieuse à l’expérimentation de nouvelles formes d’articulation entre le social et le politique avec une double contrainte : respecter la spécificité des pratiques et des sensibilités et créer les conditions d’émergence d’un projet de société partagé, capable d’unifier les fragments dispersés du « peuple » et de refonder la dignité du monde du travail. Incontestablement, la redéfinition d’un tel projet ne relève pas de la seule responsabilité syndicale. Mais peut-elle se passer de la contribution volontaire d’un syndicalisme puissant, indépendant, mais associé au grand œuvre à part entière ? Le syndicat peut-il se contenter de déléguer à d’autres la mise en forme, la traduction et la mise en œuvre d’un projet de cette envergure ?

S’il se laissait aller à entériner la coupure du social et du politique, fût-ce au nom d’un passé de subordination (pour la CGT), l’indépendance du syndicalisme resterait illusoire, dans un monde où les maîtres mots restent ceux de la concurrence et de la gouvernance. Le contraire de la subordination ne peut être la séparation… Pour l’instant, le troisième terme n’est pas parvenu à prendre forme.

Notes

[1] Ce texte reprend, de façon raccourcie et mise à jour, une analyse déjà publiée en mars 2014.

 

 

 

logo

 

 

* Alice Dubost- CGT : crise de direction… ou crise stratégique ?

On pourrait rapprocher la crise de la CGT de celle qui frappe toutes les organisations politiques ou ouvrières devant une crise économique qui perdure et la crise stratégique qui se pose. La particularité est cependant que les syndicats ont pendant longtemps été les organisations auxquelles les salariés et la population faisaient le plus confiance pour les défendre. L’échec de la grève de 2010 contre l’allongement de la durée de cotisation pour la retraite a marqué durablement le mouvement ouvrier. Maintenant, c’est sur la direction des syndicats, et singulièrement le premier d’entre eux, que beaucoup s’interrogent.

Les révélations successives sur le coût d’aménagement du logement ou des bureaux de Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT depuis mars 2013, puis sur l’indemnité « de promotion » de 31000 euros (somme reconnue par le principal intéressé), enfin sur les manœuvres mises en œuvre pour ne pas être forcé de démissionner, mettent au jour un mode de fonctionnement opaque, peu démocratique, d’une partie de la direction de la CGT coupée des réalités du monde du travail.

Mais la démission de Thierry Lepaon – ou sa révocation qui devrait être en débat lors du CCN du 13 janvier s’il n’a pas démissionné d’ici là – ne suffira pas à faire taire la critique. Car de plus en plus de voix, de la base au sommet de la CGT, s’élèvent pour relier cette crise de direction à l’échec, voire à l’absence de politique face à l’offensive libérale. Les positions défendues au fil des négociations heurtent plus d’un militant, telle la remise en cause des seuils sociaux (la délégation de la CGT a proposé que dans les entreprises de moins de 50 salariés, les élections se fassent « à la demande de deux salariés », ce qui restreindrait les droits actuels).

L’amertume est d’autant plus grande que l’attente envers la CGT reste forte. Sur de nombreux sujets, les salariés se mobilisent, et ils sollicitent le soutien de la confédération : depuis les luttes des chômeurs (manifestation du 6 décembre) jusqu’au travail du dimanche, la confédération n’est pas assez à la hauteur des grands enjeux actuels. Ainsi, la fédération certaines structures soulignent que la réforme territoriale et le développement du syndicalisme des privés d’emploi et des précaires sont des sujets à traiter en urgence.

Trois dimensions se dégagent pour permettre le débat.

La transparence d’abord sur le fonctionnement de la direction d’un syndicat est une exigence portée par la totalité des syndicats s’exprimant. Mais la moralisation de la vie publique, si elle répond à un besoin largement exprimé (ne serait-ce que pour contrer le « Tous pourris » si répandu), ne saurait suffire.

Les interventions des instances réclament donc de plus en plus un autre fonctionnement démocratique de la confédération : comment a été débattue la proposition de refondation de la représentativité syndicale (avec l’émiettement syndical qu’elle a produit et la fragilisation d’équipes syndicales, y compris CGT) ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu d’instances réunies pour soutenir les piquets de grève devant les raffineries en 2010, dont la dynamique permettait une poursuite au conflit sur les retraites ? Certaines prises de position collectives de structures CGT ouvrent à une telle discussion, comme par exemple celle qui explique : « La direction confédérale de notre CGT est aussi confrontée à une crise de ses modalités collectives de fonctionnement et de son efficacité. Refusant et rejetant toute polémique stérile sur les personnes, [le bureau] propose que ce Comité Confédéral National examine les conditions de la mise en œuvre d’une direction collégiale de la CGT. »

Enfin, la discussion stratégique doit être menée largement. Nous ne pouvons ignorer les difficultés aujourd’hui à répondre à la crise économique et à l’offensive libérale. Mais raison de plus pour engager un grand débat sur la riposte à mener. Les mouvements menés par un seul syndicat, et sans coordination, ne peuvent répondre. Il faut donc rassembler, fédérer, combattre. Comme le propose une autre fédération, il faut reconsidérer la «  stratégie revendicative confédérée face à un délitement des actions interprofessionnelles dans un contexte où nos militantes et nos militants doutent de la capacité de la CGT à rendre victorieuses nos luttes sociales. » De même, d’autres encore, metent en avant l’exigence d’« Analyser nos capacités de mobilisation, l’impulsion confédérale et débattre de la stratégie CGT ».

La question de la stratégie unitaire est très fortement posée au sujet des trois journées interprofessionnelles de la CGT en 2014 : aucune n’a fait l’objet de propositions réellement unitaires et toutes ont été marquées par des échecs. La dernière, le 16 octobre, portait sur un thème qui aurait pu être rassembleur (le budget de la Sécurité sociale).

Revient aussi la question d’un vrai projet syndical à même de répondre à l’éclatement du salariat entre entreprises donneuses d’ordre et sous-traitantes, entre grandes et petites entreprises, entre salariés précaires et stables, y compris dans la fonction publique.

Signalons quelques expériences unitaires qui, au-delà de l’engagement quotidien des militants sur le terrain, montrent que le syndicalisme porte sans cesse du renouveau.

  • A Paris, un comité de liaison Interprofessionnel du commerce (CLIP) rassemble les syndicats parisiens du commerce depuis 2010. La manifestation contre le travail du dimanche du 14 novembre (plus de 2000 manifestants) a été la plus grosse manifestation de salariés du commerce à Paris depuis longtemps. Une assemblée populaire unitaire, rassemblant partis politiques, syndicats, contre le travail du dimanche a eu lieu le 4 décembre 2014. Même une partie du PS commence à s’interroger sur cette remise en cause du dimanche chômé.
  • Contre l’extrême droite, une action unitaire rassemble CGT, Solidaires, FSU, UNEF et associations. Ceux-ci continuent à élaborer des analyses et à maintenir le cap de la dénonciation des prétentions sociales du FN dans les entreprises et la société.
  • La Fondation Copernic a été à l’origine d’un Observatoire de la répression et de la discrimination syndicale, auquel participent CGT, CFTC, FO, FSU, Solidaires, SAF, SM et de nombreux chercheurs, et qui vient de publier son rapport annuel.
  • Enfin, citons l’exemple des journées intersyndicales femmes, coorganisées par CGT, Solidaires et FSU qui chaque année rassemblent des centaines de participant-e-s.

C’est le décalage entre ce syndicalisme vivant, de terrain, unitaire, et une confédération sans capacité d’initiative efficace dans les mobilisations et face à l’ampleur de la crise sociale et politique, Une autre structure CGT « demande qu’on en revienne aux décisions du dernier congrès confédéral afin que soit mise en œuvre une ligne d’action syndicale claire et offensive face aux attaques permanentes du patronat et du gouvernement Valls contre les acquis sociaux, mais aussi contre les plans d’austérité prônés par l’Union européenne ».

L’engagement de la CGT pour défendre tous les acquis ouvriers est fondamental. Sa volonté se vérifiera à travers les mobilisations unitaires qu’elle saura bâtir. Sa capacité à s’ouvrir sur des mouvements sociaux est vitale.

 

 

Au moment où face à la loi Macron et face au nième cahier revendicatif du Medef, il aurait fallu une CGT combattive et rassembleuse au-delà de ses rangs, l’affaire Lepaon accélère sa crise, brise sa capacité à agir et symbolise dans la caricature la fin de toute une époque.

L’article d’Alice Dubost mis en ligne récemment sur cette crise (« CGT : crise de direction… ou crise stratégique ? ») rassemble quelques points de diagnostic pertinents à commencer par l’absence d’orientation et par ce qu’elle appelle une « crise de stratégie ». Mais cela me semble un peu court pour saisir le point de non-retour que constitue la singulière simultanéité de faits aussi disparates que l’offensive réactionnaire du patronat, la crise sociale, le pourrissement de la direction confédérale, la loi Macron et bien d’autres encore. Il y des moments comme celui-ci où une crise de direction s’inscrit de manière « cohérente » dans le faisceau d’évènements plus amples. Bien plus qu’un symbole, le révélateur d’une histoire qui se referme peu à peu.

La prise de parole de militants CGT en direction de leurs camarades pour en quelque sorte relancer la machine et ne pas désespérer les rangs est centrale. Il faut aussi politiquement – à l’extérieur du syndicat – poser un pronostic pour définir une orientation, une tactique, des axes de travail.  On ne peut se contenter en tant que courant politique, comme le fait Alice dont je comprends pourtant le propos et l’objectif, boucler le raisonnement sur une vaine espérance, sur la « volonté (de la CGT)… à travers les mobilisations unitaires qu’elle saura bâtir (et) Sa capacité à s’ouvrir sur des mouvements sociaux est vitale ». On aimerait bien mais hélas…

Trop de retard, trop d’échecs

Comme toutes les organisations du mouvement ouvrier, la CGT est dépourvue de réponses cohérentes, crédibles, mobilisatrices, contre un système économique profondément modifié depuis trente ans par la mondialisation financière. Sans doute en paye-t-elle plus le prix que d’autres en raison de son implantation sociale. Ce n’est pas seulement la détérioration des rapports de forces sociaux dès les années 70/80 qui a ouvert la porte aux politiques libérales. C’est pour beaucoup aussi la transformation progressive des mécanismes économiques, financiers et sociaux qui ont réduit la portée revendicative des organisations syndicales dans leur ensemble. La crise syndicale (qui n’est pas que française !) est une  crise d’efficacité face à une évolution structurelle du capitalisme et à la montée de la précarité. De 1980 à  2012, le taux de syndicalisation est tombé de 18% à 8%. 16,7 % des fonctionnaires sont syndiqués, 6,5% des titulaires d’un CDI à temps complet, 5,8% des CDI à temps partiel, 3% des titulaires d’un CDD et… 0,9% des intérimaires.

Mais la CGT n’en finit plus de payer aussi les dégâts de son passé. Vingt-cinq ans après l’écroulement du stalinisme et prise de distance entre l’appareil de la centrale et celui du PCF, ce passé n’a pas disparu de la mémoire collective de beaucoup de salariés : une CGT se pensant comme seule véritable représentante de la classe ouvrière, sectaire et arrogante, exagérément ouvriériste, parfois nullement exemplaire dans la gestion des fonds gérés par les comités d’entreprise (sans être pourtant la seule à ce petit jeu). Encore aujourd’hui des secteurs de la CGT maintiennent cette triste tradition. L’anticommunisme primaire qui règne par ailleurs au sein du salariat fait le reste.

Pour ces raisons mais aussi à cause d’une vision sociale désuète, la CGT a été très peu efficace dans la syndicalisation des couches de plus en plus massives de techniciens et cadres d’exécution. Cette distanciation, commencée dès les années 70, s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui facilitant le renforcement de la CFDT. A moins de croire que dans leur majorité les syndiqués cfdtistes sont de fieffés petits bourgeois à la périphérie de la vraie classe ouvrière, cette situation est lourde de conséquences dans de nombreux secteurs où la division syndicale se lit comme une division sociologique ou catégorielle. D’autant plus que la désindustrialisation rogne la base cgtiste dans beaucoup de secteurs. C’est notamment le cas dans les grands groupes qui rationalisent leurs sites en France et réduisent ainsi la part des ouvriers dans leur effectif global.

Certaines élections professionnelles récentes montrent cette relation entre érosion du vote CGT et érosion du 1er collège (la même chose pouvant se produire pour Solidaires). Ici ou là, la CGT a perdu sa place de première organisation syndicale au risque d’être parfois marginalisée par le front uni des autres organisations, avec le goût amer d’une séparation catégorielle. Certes, la période n’est pas à la radicalisation de tous les secteurs du salariat, mais le problème n’est pas nouveau et remonte aux années 60 et 70 sur fond d’ouvriérisme et d’un discours « CGT =  ouvriers = luttes de classe », qui fut souvent un vernis bureaucratique pour justifier un sectarisme et une incapacité à unifier le salariat. Dans la métallurgie les cadres et techniciens sont presque aussi nombreux que les ouvriers et les employés. Dans les Télécommunications ils représentent 72%, dans la Chimie 64% des effectifs, tout comme dans la Banque et les Assurances, dans les Sociétés d’études et de services 69%, dans le Sanitaire et Social 41%. Tous ces secteurs réunis représentent 37% des salariés du privé (année 2010), une paille ! Il ne s’agit pas de fétichiser ces chiffres et d’en rester là, bien sûr. On sait que la division sociologique du salariat est un problème profond. Mais tout de même… pourquoi la CGT n’a pas été capable de s’implanter un peu plus substantiellement dans ces couches massifiées au cours des 40 dernières années ? Et quelles conséquences sur l’état de la confédération aujourd’hui ? La crise vient donc bien de loin !

Or, le problème est que pour les militants de la CGT les plus critiques, ainsi que pour de nombreux militants politiques de gauche, la CGT c’est la classe ouvrière ! Son cœur, son centre, sa frange la plus consciente… peu importe les nuances. Comme si la disparition de toute opposition dans la CFDT ou les limites de Solidaires, pour ne prendre que ces deux cas, réglaient définitivement la question du « sujet syndical ». Il n’en est rien.

Fractionnement de l’appareil

Bien sûr, la CGT n’échappe pas à la crise globale du mouvement ouvrier et au lent déclin des structures de représentation aussi bien syndicales que politiques qui ont été celles du XXème siècle. Mais sa crise est spécifique. Alors que l’appareil CFDT a accentué sa centralisation autoritaire, s’est fabriqué un déguisement de « syndicalisme de proposition » et se vend au patronat, la CGT s’est fragmentée autour notamment d’intérêts fédéraux. L’inadéquation du périmètre de certaines fédérations avec l’évolution objective de certains métiers et branches est l’expression du conservatisme et des résistances des appareils intermédiaires. L’affaiblissement global de la CGT et de ses ressources a exacerbé les réflexes de défense des petits appareils fédéraux et départementaux (UD). Mais sauvegarder ses moyens militants et administratifs peut mener à d’étranges compromissions.

Les « à côtés » de la nomination de Thierry Lepaon, pour peu qu’ils relèvent effectivement d’une position de pouvoir, ne peuvent exister au sein d’un appareil bureaucratique sans retour d’ascenseur. La réciprocité hiérarchique est pour ainsi dire une loi pour toutes les formes de bureaucratie.  La promiscuité y étant généralement trop grande pour que ce que l’un obtient dans sa fonction ne soit pas (en partie) accordé aux ayants-droit les plus proches.

Mais si « le poisson pourrit par la tête » comme dit le proverbe chinois, qu’en est-il du « corps » ? Dans un passé lointain la bureaucratie CGT tenait par ses liens rigoureux avec l’appareil du PCF. En 1977, la centrale annonce 2,3 millions d’adhérents, le plus haut niveau depuis les années 50. A partir de là, l’érosion commence sur fond d’échec du « Programme commun », de dénonciation de Solidarnosc en Pologne et du passage du PCF au gouvernement Mauroy. Le bâtiment de Montreuil inauguré en 1982 coûte fort cher. Il renvoie à l’optimisme du moment et aux « Chateaux en Espagne » auxquels pouvait rêver la bureaucratie. Aujourd’hui, la péréquation de ces coûts au niveau des fédérations qui occupent une partie du bâtiment est douloureuse. La baisse des cotisations, combinée aux frais de structures, réduit les moyens affectés aux petits appareils fédéraux. Les ressources manquent pour faire son boulot mais les solutions pour s’en sortir ne sont pas toujours d’une grande exemplarité. Dans certaines branches, où dominent de très grands groupes à la politique sociale parfois paternaliste, il n’est pas impossible de négocier quelques gestes altruistes tant au niveau fédéral qu’au niveau de l’entreprise. Bien sûr toutes les autres organisations syndicales font de même aujourd’hui et sans doute en pire (à qui allaient les fonds de l’UIMM ?). Mais venant de structures CGTistes le malaise est d’autant plus grand, ce  qui « limite » par ailleurs la parole de certaines fédérations contre Thierry Lapaon.  Ici ou là, à des niveaux fédéraux ou au cœur de grandes firmes, sous des formes diverses, beaucoup les strates de l’appareil finalement se « débrouillent ».

Et puis il y a les divisions au sein même des fédérations sur des questions pas forcément très politiques mais qui usent profondément la capacité de réflexion collective et d’intervention, surtout quand la direction confédérale s’en mêle. La CGT n’a pas non plus montré une fantastique capacité à intégrer des forces organisées venant de la CFDT et quelques tensions internes sont encore interprétées sous l’angle de la « pièce rapportée ».

Une force de résistance affaiblie et divisée

Certains articles de presse ont été jusqu’à parler d’ambiance de scission. C’est ne pas bien comprendre les mécanismes bureaucratiques. L’appareil innerve la structure de haut en bas et ne se réduit pas aux étages supérieurs. Pour en arriver à une scission, il faudrait que s’opposent clairement et longuement des projets antagoniques et clairement exprimées. Or, à quelques exceptions près, il n’est pas possible d’identifier des desseins clairs émanant de fédérations importantes. Alice a raison d’insister sur ce point et d’écrire « Revient aussi la question d’un vrai projet syndical à même de répondre à l’éclatement du salariat entre entreprises donneuses d’ordre et sous-traitantes, entre grandes et petites entreprises, entre salariés précaires et stables, y compris dans la fonction publique ». Une scission ne serait possible que si une grande fédération historique prenait la tête d’un contreprojet et qu’elle n’ait d’autres moyens que de cliver la confédération sur ses propositions. On en est très loin. Et nous savons par ailleurs qu’une scission dans un contexte de recul général des luttes a peu de chance de marquer le point de départ d’une plus vaste recomposition.

Le déficit programmatique et revendicatif se nourrit comme toujours de la faiblesse des expériences de terrain, du maigre rajeunissement des cadres et de l’absence d’un bilan sans entrave sur certaines luttes et formes de lutte. D’un côté l’absence de grandes luttes refondatrices, de l’autre un appareil qui limite d’autant plus le débat d’idées que lui-même en est en partie dépourvu. A cela s’ajoutent les pressions du gouvernement et du parti socialiste, la question du débouché électoral (mais lequel ? le Front de gauche ?) et une conception de l’unité syndicale polarisé par le poids de la CFDT dans les négociations sociales. La réflexion parcellaire de militants dispersés dans les fédérations et les Unions départementales ne permet pas de surmonter cette situation. D’autant que l’ouvrage est d’une complexité sans nom en l’absence d’une parole confédérale claire et intelligente.

Comment sortir de la pure propagande et des axes de campagnes « miracles » (la campagne sur le « coût du capital », celle sur la défense de l’industrie française…) et retrouver le sens d’une pratique revendicative dans les entreprise qui s’adresse à tous les salariés sans les cliver « catégoriellement » et qui soit crédible ? On sait que la syndicalisation dépend pour beaucoup de la démonstration par les succès remportés aussi petits soient-ils. Il ne faut donc pas s’étonner du nombre d’accords signés par la CGT dans les entreprises y compris dans la cadre de plans sociaux. Les équipes locales savent que « faire son boulot » passe aussi par accepter que le verre soit à moitié plein sur un accord d’intéressement, une revendication salariale ou un nombre d’emplois supprimés. Ne pas signer n’importe quoi mais tout de même gagner un peu. Si cela ne fait pas une stratégie (puisse-t-il y avoir une « stratégie » syndicale ?) cela ne nécessite pas non plus un savoir-faire syndical remarquable. A chaque lutte dans chacun des secteurs et des entreprises, en fonction d’un certain rapport de force et dans un contexte de dispersion syndicale spécifique il faut savoir œuvrer avec discernement et trouver les bonnes modalités tactiques. Pas facile quand les plus anciens prennent leur retraite et que les plus jeunes se font rares et apprennent encore.

Il faut aussi compter sur le désespoir de ceux et celles qui perçoivent la fin d’une époque au cœur de leurs métiers : délocalisations irréversibles, reclassements déqualifiants,  fermetures d’entreprise et dépôts de bilan, chômage en vue. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant d’observer des comportements CGTistes très divers, parfois opportunistes ici ou ultra gauches ailleurs. Certaines fédérations connaissent ce genre de distensions internes. On le retrouve en partie dans les débats nationaux. Alors que Lepaon est souvent crédité d’une ligne trop conciliante, les tentations existent d’une réponse symétrique, solitaire et gesticulatoire menant aussi à de graves défaites. Entre les deux, rien n’est simple non plus entre différentes fédérations ou parties de fédérations.

Simple rénovation syndicale ou bouleversement ?

Le « redressement » de la CGT est-il encore possible ? Du moins le redressement tel que nous pouvons le rêver : revendicatif, unitaire, démocratique, débarrassé de sa bureaucratie et polarisant le salariat ? Pour cela il faudrait un événement politique d’une telle ampleur que toute la représentation sociale en serait de toute manière bouleversée. Hormis cette hypothèse, la CGT risque fort de continuer à se fragmenter.

Dans l’attente douloureuse de l’événement social majeur, il est très important qu’en interne les militants les plus clairvoyants fassent « comme si » le redressement était envisageable. D’autant que le patriotisme d’organisation y est très fort. Mais la réflexion politique ne peut s’arrêter là, parce qu’au bout du compte il ne s’agira jamais d’un redressement en soi de la seule CGT.

La crise n’est pas une simple crise d’orientation et encore moins une crise de direction faisant suite à la succession malheureuse de Bernard Thibault. Elle tient d’abord au décalage mortel entre la trop lente révision des analyses du passé (révision inégale au sein de la confédération) et la profondeur des transformations socio-économiques depuis trente ans. Toute la bonne volonté du monde ne permettra pas de remonter ce handicap au sein d’une organisation sclérosée et bureaucratisée. En tant que courant politique, en rester au seul niveau de la CGT c’est se contenter d’une ligne de défense perdue d’avance.

S’il ne faut pas s’aventurer à anticiper la forme d’une recomposition syndicale à dix ou quinze ans, il faut tout de même y penser en termes de processus. Aujourd’hui,  rien ne justifie que le nombre de militants politiques de gauche syndiqués à la CFDT ou à FO soient aussi insignifiant. Bien sûr, les rangs de la CGT se positionnent majoritairement à gauche et partagent grosso modo les mêmes analyses que nous sur l’offensive patronale et la politique du gouvernement. Incontestablement cela constitue un point d’appui important. Mais, isolée du reste de la question syndicale, cette voie est hasardeuse. Nous condamnons les forfaitures de la direction de la CFDT mais nous ne nous adressons jamais à ses militants. A l’inverse, nous faisons parfois grand bruit sur certaines luttes sans dire un mot du comportement ultra sectaire de certaines franges de la CGT comme à Goodyear Nord (Amiens) et nous ne disons pas un mot sur le bilan de ces comportements. Or, pour peu que nous nous positionnions sans excès dans la perspective d’un big bang social (comme nous le faisons d’ores et déjà du côté de la représentation politique soit dit en passant !), alors le champ de notre intervention ne peut se réduire à ce que nous ressentons comme une « gauche syndicale ». Car, les organisations syndicales pas plus que les organisations politiques n’échapperont à ce big bang, toutes confondues le jour où cela s’engagera.  Déjà aujourd’hui dans certaines entreprises ou certains secteurs la séparation entre une certaine CGT et Solidaires est incompréhensible aux yeux de salariés et mériterait bien plus que des tracs communs épisodiques.

Je ne crois ni au redressement vertueux de la CGT, ni au redressement d’une quelconque autre confédération. Il nous faut avoir un point de vue politique sur ces questions et non plus simplement endogène au syndicat. Je suis convaincu, comme tout le monde, que le travail de conviction, de résistance, de proposition doit se poursuivre au sein de la CGT de manière prioritaire. Grand bien nous ferait que demain, à partir d’une lutte ou d’un  événement social, un courant naisse dans cette confédération pour porter un projet syndical rénové et unificateur.  Mais ne nous replions pas sur ce seul champ d’espérance (serait-il élargi à la FSU et à Solidaires). Il faut pouvoir travailler sur plusieurs niveaux – hiérarchisés – et s’interroger sur notre le caractère par trop « borgne » de notre approche du syndicalisme depuis près de 20 ans bientôt.

Il faut commencer à expliquer que le syndicalisme de demain n’aura pas le visage d’aujourd’hui, que l’histoire va finir par submerger cet existant sclérosé pour donner naissance à de nouvelles formes de défense collective des salariés. L’expliquer, mais aussi commencer à agir pour cela. Et pour cela nous guérir au passage du mal d’amour ancien qui nous fait voir la CGT comme le « cœur de la classe ».

 

 

Rien n’est résolu dans la CGT après la réunion du comité confédéral national (CCN) du 13 janvier, structure de direction qui rassemble les responsables des 33 fédérations professionnelles et des 96 unions départementales. Cela ne fait pas plaisir à dire ou à écrire, notamment quand on pense aux militantes et militants qui font la richesse de la CGT, mais il est peu probable que la solution soit trouvée rapidement. Le choc a touché la CGT à la tête, c’est-à-dire, pour la tradition CGT, à la clef de voûte. Mais c’est la charpente qui menace d’écroulement, alors que les pierres sont encore solides. C’est pourquoi pour certaines équipes syndicales, il est nécessaire d’envisager de rebâtir le bâtiment, mais autrement. Voilà le défi, il est énorme : une refondation démocratique et stratégique.

Le 13 janvier, rien n’a été résolu pour personne. Ni pour la « solution Lepaon sans Lepaon », c’est-à-dire Philippe Martinez, secrétaire général de la Fédération des métaux devenant secrétaire général de la CGT, qui avait envisagé, avant que le CCN ne le refuse, de s’entourer d’une équipe qui n’aurait fait qu’aggraver la crise. Ni une solution donnant à voir pour le salariat et pour les syndiqué-es une image d’ouverture courageuse, de vrai contre-choc démocratique. C’est pourtant ce que l’intervention de Louis Viannet (Le Monde, 6 janvier) avait soutenu avec une grande lucidité : « Il vaut mieux regarder la réalité en face, aussi dure soit-elle […]. Lors du départ de Bernard Thibault, Il est bien apparu des signes qu’un mal-être était déjà présent, dû sans doute au retard pris dans l’évolution de la CGT ». Et Louis Viannet de préconiser un « véritable aggiornamento de la CGT ». Mais si Thierry Lepaon a démissionné, c’est sa solution qu’il a cherché à réimposer, montrant que l’intervention des trois précédents secrétaires généraux (Séguy, Viannet, et Thibault, sur un mode plus discret) n’a pas suffi à régler les questions. Ce qui s’explique par un acharnement des forces de résistances d’un appareil recroquevillé (et difficile à cerner politiquement) qui se braque et menace la CGT tout entière. Cet appareil cherche à mener une guerre d’usure, qu’il n’est pas sûr de gagner sur le fond, mais qu’il peut gagner par lassitude.

En effet, même si dans sa conférence de presse, Philippe Martinez annonce la mise en place autour de lui d’un nouveau groupe de travail voté à l’unanimité, la première solution « Martinez-Le Paon » n’a recueilli que 57% des voix (il en faut statutairement les deux tiers). Et même moins que cela, puisque la Fédération de la santé, contrairement à son mandat très clair, n’a pas hésité à mettre ses 36 voix dans le projet « Martinez-Le Paon », ce qui est qualifié de « méthode mafieuse » par certains (Le Monde, 15 janvier). Sans ce coup tordu, on frise les 50/50 dans le CCN, et non 57%.

Tout est donc renvoyé au prochain CCN les 3 et 4 février. Mais entre-temps, la commission exécutive confédérale (CEC), la structure de direction élue par le 50e congrès de 2013, se sera réunie à plusieurs reprises, et le rapport des forces n’y est pas le même. Le CCN relèvera-t-il le défi politique en prenant des mesures audacieuses dont il a le pouvoir ? Ce serait le moment. Mais encore faut-il bien cerner ce dont la crise actuelle est le nom.

La CGT orpheline d’un projet syndical

Successivement, les mandats de Louis Viannet et de Bernard Thibault ont entrepris de nettoyer le vieux logiciel d’une confédération ayant l’habitude de se vivre comme la « première » de toutes et éternelle, parce que la plus en phase avec « la classe ouvrière ». Viannet a géré le choc de l’écroulement du mur de Berlin, de l’offensive du néo-libéralisme mondialisé qui a rencontré des résistances dont le vaste mouvement de décembre 95 a été le point de départ durable. Il a bâti la stratégie du « syndicalisme rassemblé » sur ce mouvement ascendant, dont Bernard Thibault fut le symbole rajeuni, à commencer par son propre secteur professionnel, les cheminots, dont le prestige a duré longtemps, et persiste encore. La CGT a largué les amarres avec la Fédération syndicale mondiale (FSM) en 1995, et adhéré à la Confédération européenne des syndicats (CES) en 1999. Elle a fait des efforts pour recentrer son implantation dans le secteur privé, et notamment dans le nouveau salariat du commerce et des services, dans les PME, chez les cadres, dans des bassins d’emplois qui étaient des déserts syndicaux aux lisières des agglomérations (syndicats de site, unions interprofessionnelles de type nouveau, de bassins d’emploi, etc.). Des résultats ont été obtenus, même s’ils sont modestes, avec un filet de recrutement qui semble cependant se tarir depuis un an ou deux.

Elle a surtout tenté de résoudre un tabou : vivre sans le PCF, qui était de fait le réseau non statutaire faisant fonction de ciment humain, culturel et directionnel (et parfois matériel, et même financier, comme le montre le livre « Les vingt ans qui ont changé la CGT » (Leïla de Comarmond, Denoël, 2013). S’affranchissant du PCF comme « correspondant » politique de la CGT, comme cela a été le cas durant des dizaines d’années, le navire CGT a heureusement sauvé sa route dans les années 1990 et 2000. On a même pu dire que la « courroie de transmission » a fonctionné un moment à l’envers. Mais il restait quand même un habitus, une culture, des mœurs (« en être » ou pas). Et dans les moments où il faut choisir des personnes, résoudre des questions douloureuses sur le plan matériel et organisationnel (cotisations, structures), l’absence d’une forte légitimité implicite est devenue un handicap majeur. Or le PCF n’était plus du tout une « solution ». Il a lui-même connu bien des débats houleux (le « huisme » comme tentative de rénovation non stalinienne n’a pas laissé des traces impérissables en son sein), qui se sont parfois réfractés dans la CGT (avec des « modernistes » et des « enclumes » dans les deux endroits), mais souvent aussi sur d’autres lignes de différenciation que la reproduction mécanique des courants du PCF, même si des allégeances persistent sous une forme déformée, parfois surprenante, mystérieuse (les « huistes » de l’énergie ou d’autres) ou caricaturale.

La solution provisoire a été, sous Thibault, une sorte de refus obsessionnel du « politique », histoire de couper les ponts, qui a débouché, notamment en 2005, sur une crise à propos de l’appel au vote concernant le Traité constitutionnel européen. Beaucoup d’équipes ont heureusement refusé de confondre arrêt de la courroie de transmission à l’ancienne, et dérive vers une sorte de « neutralité » de fait. La clef d’explication de cet épisode est sans doute le refus d’assumer une lecture politique (au bons sens du terme et traduite en langage syndical) de la critique du libéralisme européen. Moins que jamais aujourd’hui, le PCF et ses courants internes, ni aucune autre force politique (Front de gauche y compris), ne peuvent être des référents utiles pour cimenter une orientation cohérente et résoudre des problèmes d’appareil. Par contre, la dépolitisation aboutirait à dévaler très vite une pente d’adaptation aux sirènes libérales, et pas du tout à « resyndicaliser » la CGT, comme Thibault l’a parfois défendu (et c’est une vraie nécessité).

La France est un pays politisé. Il faut donc trouver une « solution CGT » ou syndicale à ce qui s’appelle « l’alternative politique », et cette solution ne peut être qu’un projet syndical pluraliste de résistance au libéralisme, mais interpellant fermement toute la gauche sur des alternatives concrètes, sans être à la remorque de personne. Cela suppose aussi de construire des mobilisations unitaires pour combattre les politiques d’austérité de l’actuel gouvernement et les provocations du Medef. Cela peut passer aussi par des actions communes bien ciblées avec les forces de gauche (manifestation du 12 avril 2014 contre l’austérité, du 15 novembre sur le budget), car l’heure est grave dans le pays (comme elle l’était avant le Front populaire de 1936, même si la période est très différente), et plus encore après les assassinats dont Charlie Hebdo et des citoyens juifs ont été l’objet et après la formidable mobilisation populaire du 11 janvier.

Reformuler les perspectives stratégiques

Les attentes du salariat à l’égard du syndicalisme d’aujourd’hui ne sont pas celles des années 1950, ni des années 1970. Beaucoup de travaux l’ont montré, et récemment ceux de Jean-Marie Pernot (« De quoi la désyndicalisation est-elle le nom », in Histoire des mouvements sociaux en France, 1814 à nos jours, dir. Michel Pigenet, Danièle Tartakowski, La Découverte, 2013), ou ceux de chercheurs en sciences sociales. Il y a bien sûr les changements de structure de l’économie et du salariat : sous-traitance, PME adossées aux multinationales apatrides, éclatement des statuts, externalisation, féminisation, sans-papiers, contrats courts en tout genre, surexploitation, insécurité partout… Ce qui fait « classe commune » est plus que jamais à construire dans l’auto-organisation syndicale et de lutte, pas à pas. Pour cela, une inventivité démocratique et sans formalisme est absolument indispensable : pas de corset bureaucratique, place à l’initiative, à l’intelligence collective, au pragmatisme avec les jeunes surtout. En un mot, construire les structures adaptées aux hétérogénéités de la vie professionnelle.

Mais justement, parlant de « profession », il faut parler du « travail » vécu, soumis aux injonctions déshumanisantes du management néo-libéral, empêchant le travail bien fait et refusant la reconnaissance des inventions collectives et personnelles des salarié-es. Or, c’est ce déni qui détruit la santé au travail (psychologique autant que physique), et étouffe dans l’œuf l’autonomie des collectifs. Il convient donc de reprendre les choses à la racine, et que le syndicalisme se ressource dans la compréhension de « ce qui se passe » au travail, et pas seulement dans l’emploi. L’élaboration des revendications nécessite aujourd’hui de passer « par la porte du travail », c’est-à-dire par la délibération de ce qui s’y vit collectivement et individuellement. Et d’où peut émerger une nouvelle formulation des besoins.

Les revendications ont également besoin de tendre vers une nouvelle perspective émancipatrice, qui n’est pas moins nécessaire au XXIe siècle, 120 ans après la naissance de la CGT, qu’en 1906 (congrès d’Amiens). L’« émancipation intégrale » par la « double besogne, quotidienne et d’avenir », est le vrai fond dynamique de la Charte d’Amiens, et pas le refus étroit de toute action avec le « politique ». La « socialisation des moyens de production », introduite plus tardivement, fut rayée des statuts au congrès de 1995, parce qu’elle était comprise comme étatisation bureaucratique (et justement on voulait à l’époque rompre avec cela). Soit. Mais ce qui se développe dans les SCOP ou dans les projets alternatifs et autres « solutions industrielles » (SANOFI, etc.), c’est l’expérimentation d’une autre forme d’appropriation collective passant par la gestion concrète sans patron, certes menacée par l’environnement capitaliste, mais qui peut aussi ouvrir la voie à une économie solidaire respectueuse de l’environnement, et même à des reconversions industrielles complètes basées sur d’autres technologies.

Mais la reconversion nécessite la sécurité du salaire ! Et justement la sécurité sociale et son outil, la socialisation du salaire, reste à généraliser par le statut du salariat et la sécurité sociale professionnelle, entendue comme une alternative au marché du travail capitaliste, à la subordination et aux licenciements.

Tout cela peut déboucher sur l’audace d’un rapport décomplexé avec les « politiques » à gauche, déjà évoqué plus haut. Quand on sait où on va, on n’a rien à craindre de la confrontation, ni même à l’action sur des objectifs partagés et vérifiés soigneusement, tout en respectant les responsabilités propres des uns et des autres.

Il y a enfin la nécessité du rassemblement syndical, mais un rassemblement démocratique. Il ne s’agit donc pas d’un accord des seuls appareils nationaux, ni à l’inverse d’une simple manœuvre par le bas, tout aussi inefficace. Les salarié-es ont besoin de vérifier les propositions et stratégies des uns et des autres. Cela nécessite un débat public. D’où la proposition (voire Syndicats : Les cinq défis à construire, unissons-nous, éditions Syllepse, 2014) d’un Comité national intersyndical de dialogue, et d’action chaque fois que possible, ouvert sans limitation à priori. Certes les stratégies nationales sont contradictoires de bien des points de vue. Mais cette contradiction a besoin de démonstration publique, et elle n’est pas du tout vue de la même façon sur le terrain, dans les entreprises (où bien des équipes CFDT restent de vrais syndicats et non des « médiateurs sociaux »), que sur le plan des stratégies nationales. Simultanément, la nécessité existe de rassembler sans attendre celles et ceux qui partagent les mêmes approches revendicatives et d’action. La très grande crainte CGT d’admettre une vraie démarche publique de rapprochement rapide avec la FSU, et Solidaires, relève du même réflexe auto-protecteur qui mine son appareil national. Les salarié-es attendent de l’audace, de l’invention et non un repli sur les certitudes. Ouvrir les fenêtres : c’est souvent ce que font (sans le théoriser) les nouvelles équipes qui se construisent, et se heurtent parfois, incrédules, à des formalismes incompréhensibles dans leur organisation.

D’où l’espoir entendu souvent ces jours derniers : la CGT vivra si elle sait prendre des initiatives refondatrices audacieuses. Les mêmes audaces qui ont permis il y a 120 ans la confédéralisation des fédérations et des bourses du travail, pour faire face aux exigences d’une époque de fermentation sociale, parfois dans un joyeux désordre, mais en prise sur la vie.

 

 

 

 

 

Cinq défis pour le syndicalisme : suite

Nous reproduisons ci-dessous la chronique du livre : Syndicalisme, cinq défis à relever (voir sur ce blog notre propre commentaire, ainsi que sur le blog: entreleslignesetentrelesmots) parue dans l’Humanité du 16 janvier 2015. Par Paule Masson.

 

 

Accès direct : Critique Livre Syndicalisme     670px-L'Humanité.svg

Le mouvement syndical face aux défis du 21ème siècle

Une invitation à penser le renouveau du syndicalisme
Syndicalisme : cinq défis à relever, Jean-Claude Branchereau, Patrick Brody (coord.), Syllepse, 140 pages, 10€..

A l’heure où les syndicats semblent, comme rarement, divisés et en manque de résultats, voici un livre qui engage la réflexion sur son renouveau. Ecrit par des militants syndicaux, issus de la CGT pour beaucoup, mais aussi de la FSU, de l’Unsa, de la CFDT ou encore de la CFTC, l’ouvrage démontre en quoi la crise rebat les cartes stratégiques de tout le syndicalisme. « Aujourd’hui, le spectacle qu’offre le mouvement syndical est celui d’un éclatement illisible, qui donne le sentiment d’un spectaculaire retour en arrière », déplore Gérard Aschieri, ancien secrétaire général de la FSU, dans une des neuf contributions qui occupent la seconde partie du livre.
Partant de ce constat, les auteurs assurent pourtant, dans le texte commun qui ouvre la réflexion, que « la désespérance ne saurait être notre chemin ». Pour eux, le syndicalisme n’est pas statique. Mais sans réflexion urgente sur le champ revendicatif, du « quotidien à la transformation sociale », sur la nature de l’unité voire de l’unification syndicale, sur le fonctionnement démocratique qui réclame un « nouvel imaginaire », sur le rapport avec la politique qui doit se réinventer et sur l’échelle européenne devenue incontournable, « l’assèchement » menace. Outre, les analyses proposées sur les mutations à l’œuvre, dans le salariat notamment, le livre formule des propositions, allant de la création d’un « conseil syndical permanent du syndicalisme », au façonnage d’un mode d’organisation qui considère la « consultation des salariés comme un mode de vie permanente ».
La deuxième partie met en avant un certain nombre de contributions plus personnelles. Elles posent en général des questions aiguës, insuffisamment discutée, souvent non résolues pour penser un syndicalisme plus en phase avec les évolutions de la société. Ainsi, la tribune de Christophe Delecourt et Jean Dunois (CGT), qui appelle à dépasser la charte d’Amiens. Ce texte fondateur, datant de 1906, a théorisé (sacralisé?) la tâche « d’émancipation intégrale » que le syndicalisme doit mener en toute indépendance des partis politiques. Les auteurs pensent venus le temps d’engager un travail commun avec eux pour «prendre le pouvoir capitaliste en tenailles ». Ainsi encore, le texte de Patrick Brody et Gérard Billon (CGT), déplorant un syndicalisme qui se meurtrit dans l’institutionnalisation de sa fonction au détriment de la proximité avec les salariés. Ainsi enfin, les nouveaux défis qui frappent à la porte, comme celui qui relève de la lutte contre l’extrême-droite (Hervé Le Flibec, SNES-FSU) ou encore de la démocratie à l’épreuve des réseaux sociaux (Joël Le Coq, CFDT). Sans jamais asséner de conclusions hâtives et dans une réflexion qui reste ouverte, les auteurs n’essaient pas de tout réinventer mais ils invitent assurément le mouvement syndical à se pencher urgemment sur la question.
Paule Masson

Projet syndical et autogestion

Vous lirez ci-dessous une contribution de Catherine Lebrun et Christian Mahieux (de l’Union syndicale Solidaires) à la réflexion sur la dimension alternative d’un projet syndical, notamment dans une perspective autogestionnaire ou d’appropriation sociale de la production économique. Cette réflexion, qui effectue un retour critique sur diverses expériences (et notamment la phase des nationalisations sans changement des normes gestionnaires capitalistes) a été l’objet d’une intervention dans l’Association pour l’Autogestion (ApA), dont nous reproduisons en exergue un bref compte-rendu par Richard Neuville. A bien des égards, cette contribution remet en vigueur, par sa méthode, l’inspiration syndicaliste révolutionnaire du début du 20ème siècle (même si celle-ci n’employait pas le mot « autogestion »).

 

 

Autogestion, syndicalisme et transformation sociale

 

 

Print Friendly

Pour la deuxième année consécutive, l’Union Syndicale Solidaires a consacré une journée au thème de l’ « autogestion et transformation sociale » dans le cadre des Rencontres interprofessionnelles annuelles qui se déroulaient du 6 au 12 octobre à Dunières-sur-Eyrieux en Ardèche 1. Comme l’an passé, deux syndicalistes et membres du Conseil de l’Association pour l’Autogestion (ApA), Catherine Lebrun et Richard Neuville, intervenaient le 11 octobre pour évoquer l’histoire et l’actualité de l’autogestion en France et en ailleurs, comme en Amérique latine et tenter de dégager des perspectives au niveau syndical.

Après avoir quasiment disparu du discours syndical et politique au cours des décennies 80/90, l’autogestion retrouve un certain intérêt auprès des associations, des mouvements collectifs ou coopératifs et des travailleurs en ce début de XXIe siècle. Dans la période de crise structurelle et de destruction massive d’emplois que nous traversons, il y a une certaine acuité pour le mouvement syndical à se réapproprier la question de l’autogestion, de réfléchir à des perspectives de luttes offensives qui posent les questions du contrôle ouvrier, de la gestion ouvrière, des contre-plans alternatifs et de la reconversion écologique de l’industrie.

Ce n’est sans doute pas complètement un hasard que ce soit l’US Solidaires qui amorce ce mouvement car plusieurs syndicats et fédérations membres font référence explicitement à l’autogestion dans leurs statuts et ont participé activement à la foire à l’autogestion en juin 2012 à Paris. De même, les propositions esquissées par cette organisation en réponse au plan de licenciements à PSA, publiées dans un tract en septembre 2012,  témoignent de cette évolution 2 :

« * Un débat doit s’ouvrir avec les salarié-es concernés mais aussi avec l’ensemble de la population sur les questions de la socialisation, du contrôle des salarié-es sur ce qu’ils et elles produisent, sur l’utilisation de la plus-value dégagée, sur les investissements utiles à la société… Ces questions se posent pour la filière automobile comme dans les autres secteurs productifs.

* Les salarié-es doivent être protégés des aléas des restructurations dues aux évolutions de la filière automobile. Pour cela, un fonds financé par le patronat de la branche doit permettre aux salarié-es de garder leur rémunération, leur protection sociale et plus globalement l’ensemble de leurs droits sociaux, pendant le temps nécessaire pour retrouver un emploi comparable, et prendre en charge le financement de leur éventuelle reconversion.

* A l’échelle nationale et européenne, il faut engager un débat démocratique sur l’avenir, la transformation de l’industrie automobile selon des choix technologiques décisifs du point de vue écologique et de l’espace urbain. »

L’ApA ne peut que se féliciter de cette initiative et de cette prise de position de la part de l’U.S. Solidaires en espérant qu’elle soit suivie par d’autres organisations syndicales.

 

logo_solidaires_grand

Cliquez pour obtenir le texte complet de Catherine Lebrun et Christian Mahieux : Le droit de propriété en question CL CM
Nationalisation, privatisation, socialisation, autogestion. Le droit de propriété en question – Les cahiers d’alter – http://www.alterce.org – Août 2013
Catherine Lebrun et Christian Mahieux, membres du Secrétariat national de l’Union syndicale Solidaires http://www.solidaires.orgcontact@solidaires.org

Le syndicalisme ne peut pas faire l’économie d’approfondir ces questions car elles sont au coeur de tout projet de transformation sociale radicale. Au-delà des positions de principe de lutte contre le système capitaliste, les réponses et les stratégies alternatives à construire doivent prendre la mesure de l’évolution du capitalisme et des conditions concrètes dans lesquelles se mènent la lutte des classes. Elles reposent sur la nécessaire articulation entre revendications immédiates et changements structurels, entre revendications et construction du rapport de force pour les faire aboutir, entre projet alternatif et formes d’action (démocratie ouvrière, démocratie dans les luttes, grèves de masse, grèves reconductible, autonomie des mouvements sociaux, conséquences politiques concrètes des luttes, etc.)
Le présent texte ne prétend à nulle exhaustivité, il n’entend pas fixer une quelconque ligne politique en dehors des cadres de débats et décisions de notre organisation syndicale. C’est une contribution, dont l’objectif est de relancer la réflexion et les échanges sur ces sujets. Elle est basée sur les acquis historiques1 du mouvement ouvrier, l’analyse de la société dans laquelle nous vivons, la prise en compte des rapports de forces nécessaires à une organisation différente de la société qui passe par une rupture avec le capitalisme. C’est un, très partiel et modeste, outil pour les militant-es qui veulent renouer avec ce nécessaire travail, individuel et collectif, d’élaboration d’une stratégie émancipatrice.
Nationalisation, socialisation, autogestion, ces concepts ont imprégné des années de débats au sein du mouvement syndical. Ce ne sont pas des discussions « dans le vide » ; des expériences ont été menées, des bilans ont été tirés. La gestion des outils de production2 directement par celles et ceux qui travaillent est possible. C’est un premier point important car il rappelle que des alternatives sont possibles, en vrai, pas seulement sous forme de slogans. Réapproprions-nous notre histoire, ne nous laissons pas imposer la vision de la classe dominante dont un des objectifs est de nous conduire à accepter comme fait acquis que « le capitalisme est la fin de l’histoire» !
Dans le cadre du système capitaliste, la gestion directe d’entreprises ou services est possible comme le montrent quelques expérience ; mais pas l’autogestion, car il s’agit là d’un projet de transformation sociale de la société dans son ensemble, avec des modifications fondamentales en termes de pouvoir de décision, de rapports entre classes sociales, de notions de hiérarchie et de responsabilité, etc. Il nous faut donc construire notre réflexion en intégrant cette nécessaire rupture avec le système capitaliste. Là encore, pour que ce soit utile, nous devons retrouver et inventer des revendications, des formes d’action, des organisations, des slogans, des exemples de luttes, qui rendent crédibles aux yeux de nos collègues ces changements fondamentaux.
A travers certaines résistances et luttes sociales actuelles, est parfois posée la question de l’organisation du travail dans toutes ses dimensions : qui décide dans l’entreprise et dans chaque collectif de travail ? Que produire ? Dans quelles conditions ? Quelle utilité sociale ? … Ce ne sont que des interrogations, rarement des tentatives concrètes, nullement un mouvement de fond. Mais n’est-ce pas à nous de créer les conditions pour que celui-ci existe ?

Réponses alternatives, mouvement de masse, changements concrets
Le bilan des politiques de nationalisation et de privatisation menées depuis cinquante ans et les leçons à tirer des luttes pour une appropriation sociale collective, sont autant de repères pour ébaucher des réponses alternatives destinées à construire un mouvement de masse permettant la rupture avec le système capitaliste.
Les crises économiques et financières successives et leurs conséquences sociales dévastatrices ont mis à jour l’impasse du capitalisme financier, phase actuelle de ce système économique. Elles renforcent la nécessité d’une utopie transformatrice. Mais les effets du néo-libéralisme en termes de chômage de masse, de précarisation, d’individualisation de la relation salariale handicapent toute velléité de dynamique d’émancipation, sans oublier le bilan désastreux des expériences du « socialisme » dit réel, par exemple dans les ex-pays de l’est qui pèse encore dans l’inconscient collectif.
Dans ce contexte contradictoire et paradoxal, le syndicalisme ne peut pas se limiter à la défense des intérêts immédiats des travailleurs-euses mais se doit d’élaborer un projet de transformation sociale à la hauteur des bouleversements du capitalisme contemporain et conforme à notre volonté d’émancipation des travailleurs et des travailleuses.
Trop de forces syndicales, hexagonales et mondiales, ont abandonné cette tâche essentielle et ne visent plus qu’à aménager, voire à accompagner les effets du libéralisme. Rien d’étonnant par conséquent que leurs stratégies et leurs revendications ne visent plus à remettre en cause le système ni à esquisser les contours d’une autre organisation sociale.
Créer les conditions de nouveaux rapports de force idéologiques et sociaux implique de se battre sur des orientations syndicales inversant la logique même du système d’exploitation capitaliste et faisant le lien avec la situation et les revendications quotidiennes des salarié-es, chômeurs-ses, jeunes en formation et retraité-es.
Entre autres problématiques auxquelles travaille, encore insuffisamment, l’Union syndicale Solidaires, citons la répartition des richesses, la socialisation des moyens de production, la transition écologique, les inégalités femmes/hommes, les formes d ‘organisation sociales et les processus de décision sur les choix économiques et sociaux que porte notamment la thématique de l’autogestion.
Du passé, avant de faire table rase, tirons les enseignements !
La question de la propriété est toujours révélatrice de l’état des rapports de force entre les classes sociales, et de l’état du débat social et politique du moment. Sans retracer des siècles de débat sur cette question, reprenons quelques périodes charnières, parmi les plus récentes.
Suite à la crise de 1929, le débat sur les nationalisations refait surface en Europe entre les partisans d’une politique de nationalisation des infrastructures et des secteurs clefs de l’économie et ceux préconisant un régime d’économie mixte où le régime de propriété capitaliste reste dominant. En France, un clivage existe dans le mouvement syndical (notamment entre CGT et CGT-U puis dans la CGT réunifiée) entre les « réformistes » et les « syndicalistes révolutionnaires », ces derniers considérant qu’étatiser une partie de l’économie sans rompre avec le régime du profit et les inégalités de classe, est un leurre. La nationalisation des chemins de fer par la création de la SNCF en 1937 illustre cette situation, puisqu’il s’agit avant tout d’éponger les dettes des grands actionnaires des compagnies privées, sans toucher aux profits accumulés depuis des dizaines d’années, et en les indemnisant très généreusement : « socialiser les pertes, privatiser les profits », est une revendication patronale ancienne…
A l’échelle internationale, les collectivisations en Espagne, entre 1936 et 1938, sont une expérience particulièrement intéressante ; sans les mythifier, elles montrent que « c’est possible » à grande échelle, sans recours aux nationalisations étatiques mais en fédérant des initiatives mises en oeuvre à la base. Plusieurs millions de personnes participèrent à des réalisations sans précédent : les collectivités agricoles d’Aragon et la socialisation d’entreprises et des services publics en Catalogne par exemple, se sont faites sans recours à l’Etat. Celles et ceux qui produisaient se sont emparé-es des usines, des bureaux, des champs. Ils et elles ont géré directement la production, sa répartition, les échanges, mais aussi les moyens à mettre en commun pour l’éducation, la santé, etc. Dans certaines collectivités, un salaire unique a été mis en place, dans d’autres l’argent était aboli au profit de bons d’échange, non capitalisables et utiles pour la seule satisfaction des besoins familiaux,… Bien entendu, le contexte politique, économique et social de l’Espagne de 1936 n’est pas celui de notre monde contemporain, mais ces expériences méritent toute notre attention.
Le débat sur le pouvoir, et en fait sur l’autogestion, a traversé le mouvement ouvrier dans tous les pays et dans des périodes bien différentes. On sait ce qu’il advint de la révolution russe de 1917 et ce que furent les régimes autoritaires des pays dits « communistes ». Mais, en Russie, de 1917 au début des années 20, la remise en cause du pouvoir des conseils ouvriers (les soviets) a été contestée y compris au sein du parti bolchevik au pouvoir.
En 1945, après la seconde guerre mondiale, où tout est à reconstruire et afin d’écarter toute velléité de remise en cause du système, nombre de gouvernements européens mettent en place des politiques dites keynésiennes fondées sur un interventionnisme étatique fort. En France, dans le cadre du Conseil national de la résistance (CNR) regroupant les courants politiques de droite et de gauche, le projet était « le retour à la nation de tous les grands moyens de production monopolisée, fruit du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques » ; le préambule de la constitution de 1946 reprend ces principes. Une grande partie du patronat ne s’y oppose pas, non seulement parce que les actionnaires indemnisé-es pourront investir dans des secteurs plus juteux à court terme, mais aussi parce que les lourds investissements assumés par l’Etat seront profitables au développement du capitalisme. De surcroît, la gestion des secteurs nationalisés n’étant pas sous contrôle ouvrier, le changement juridique de la propriété ne remet en cause, ni la logique de rentabilité, ni le pouvoir de décision et de gestion des dirigeant-es. Rien d’étonnant, comme le disait le sociologue Bourdieu, tant la porosité entre « la noblesse d’état » technocratique10 et les pouvoirs économiques, contredit la notion « d’Etat garant de l’intérêt général ».
L’important travail de recherches, de confrontation d’idées, mené au cours des années 60 dans des organisations ouvrières (y compris syndical, notamment dans la CFTC/CFDT) et la dynamique de Mai 68, mettent l’autogestion au centre de nombreux débats. Avec le recul, certains « exemples » d’alors méritent d’être considérablement rediscutés.
C’est dans ce contexte où se mêlent débats théoriques et forte volonté de « changer les choses dès maintenant » que naît le conflit des LIP en 1973 à Besançon. Contre les licenciements, les salarié-es, massivement syndiqué-es, réquisitionnent le stock de montres et s’emparent des plans de fabrication. S’en suit une période novatrice, qui cristallise espoirs et soutien populaire, au cours de laquelle est mis en oeuvre le slogan « c’est possible, on produit, on vend, on se paie ».
Les nationalisations de 1982, sous Mitterrand, représenteront 17 % du PIB, et toucheront plusieurs dizaines de sociétés industrielles (Compagnie générale d’électricité, St Gobain, Pechiney, Rhône Poulenc, Thomson-brandt) et financières, mais elles suivront la même logique que les processus antérieurs, avec 47 milliards de francs d’indemnisations pour les actionnaires. Il n’y avait aucune volonté politique de permettre une remise en cause des choix stratégiques de production, du pouvoir de décision et de gestion des salariés-es dans les entreprises.

Les équipes dirigeantes resteront les mêmes notamment dans le secteur bancaire où la course à la spéculation aboutira à une facture salée pour les contribuables (cf. les 100 milliards de dette du Crédit Lyonnais). Le gouvernement PS/PCF est loin même du programme commun de la gauche des années 70 qui préconisait la mise en place de conseils d’ateliers et de services pour un contrôle ouvrier des entreprises. Les libéraux comme les sociaux démocrates utilisent la socialisation des pertes comme une transition avant un retour fructueux au secteur privé. A l’instar des politiques ultralibérales anglo-américaines de Thatcher et Reagan dont la doctrine est la restauration de « l’ordre spontané du Marché », le gouvernement « socialiste » opérera le tournant libéral en 1983.
Les privatisations ne vont pas cesser de s’enchaîner sous les gouvernements de droite comme de gauche, notamment sous le gouvernement Jospin (PS/PCF/Verts, de 1997 à 2002). Le drame de la sidérurgie française privatisée en 1996 est un des symboles. D’autres secteurs verront la participation de l’Etat baisser sans cesse et en bout de course circonscrite à l’énergie, les transports, l’audiovisuel public, les télécommunications, la Poste… souvent de plus en plus partiellement d’ailleurs.
Cette contre révolution conservatrice amorcée dans les années 1980, prendra dans les années 1990 des formes nouvelles de domination de la finance sur l’ensemble de la sphère économique dont la recherche de rentabilité maximum et à court terme, conjuguée avec une concentration croissante des entreprises, abouti à l’extension des privatisations et à une offensive brutale contre les services publics.
Force est de constater que le bilan des privatisations est marqué par un coût social élevé. Les Etats ont souvent bradé les entreprises publiques au secteur privé. Ce dernier, guidé par la recherche du profit immédiat, n’a cure des productions nocives écologiquement et désastreuse socialement pour les salariés-es. Et quand, celui-ci est en faillite, les états renflouent, sans contreparties, et font payer la note aux populations, détruisent le secteur public, comme c’est le cas aujourd’hui avec les politiques d’austérité instaurées en Europe dans la foulée de la crise économique et financière de 2008. Ce ne sont pas les quelques mesures de B.Hamon sur l’économie sociale et solidaires, ni le projet de Hollande sur la possibilité de reprise par les salariés-es d’entreprises bénéficiaires, qui modifieront la domination de la loi du marché et la captation des pouvoirs de décision par une oligarchie minoritaire.
Socialisation, autogestion : une autre voie possible
Les questions que nous devons poser sont celles de la répartition des fruits des richesses produites et de l’organisation de la production (ce qui implique celles sur son contenu, son utilité sociale, ses implications écologiques, etc.)
La nationalisation de tel ou tel secteur, où seule la forme juridique de la propriété change en devenant étatique, ne bouleverse pas la logique du système dans son ensemble. A certains moments, elles peuvent permettre de sauvegarder les intérêts des salariés-es ; mais une véritable transformation sociale du système suppose la socialisation de l’ensemble des moyens de production et d’échange donc la remise en cause de la propriété privée, et du pouvoir par les travailleurs-ses, au sein des entreprises mais aussi plus largement pour « l’administration de la société ». Cela implique également un cadre national de planification des besoins sociaux futurs, des ressources allouées pour les satisfaire, en tenant compte des impératifs écologiques. L’articulation de ces orientations, à l’échelle nationale et internationale, avec les besoins locaux, ceux des entreprises et des branches, pose la question de l’ensemble de la « chaine démocratique » pour assurer des choix cohérents au profit de la collectivité dans son ensemble.
Au-delà des mots différents (autogestion, collectivisation, socialisation, …), ce que nous entendons par autogestion c’est que les classes sociales qui produisent la richesse collective13, aujourd’hui sans pouvoir, peuvent gérer l’économie (donc les entreprises, les services, etc.) et plus généralement la société. Ceci suppose l’appropriation collective directe des outils de production et des moyens d’échanges. Nous ne voulons par là décrire un modèle idéal pour « après la révolution », mais d’une part « construire par nos luttes d’aujourd’hui la société de demain », d’autre part créer les conditions pour que des luttes faisant bouger réellement les choses se développent.

Ces principes posés, l’évolution du capitalisme et ses effets sur la structuration du salariat, nous obligent à repenser les termes du débat sur ces thématiques. Nous ne sommes plus dans les années 1970 où nous étions face à un capitalisme encore largement patrimonial, familial, avec un pouvoir de décision unique et identifié. L’internationalisation du capital, les centres de pouvoir opaques et insaisissables, l’interdépendance économique à l’échelle planétaire, la domination des multinationales sur l’ensemble des filières, des PME, et du marché des matières premières, impliquent de redéfinir le contenu des réponses alternatives et les stratégies syndicales et politiques.
La perspective de socialisation des secteurs clefs de l’économie et autogérés par les salariés-es suppose d’anticiper la chaîne de conditions économiques de production et de la repenser au-delà des murs d’une seule entreprise. En d’autres termes, l’autogestion n’est pas concevable en l’organisant entreprise par entreprise, sans prendre en compte les interactions entre de nombreuses entités tout au long de la production d’un produit ou d’un service. C’est sans doute une des raisons qui explique que « l’aventure » autogestionnaire surgisse rarement des luttes d’entreprises, les salariés-es évaluant eux-mêmes les conditions nécessaires à sa réussite. Le caractère outrageusement réformiste de la majorité du mouvement syndical contemporain, que nous évoquions plus haut, est aussi une des explications.
Cela ne veut pas dire que des espaces d’expériences autogestionnaires sont impossibles, même sous des formes inachevées comme les SCOP en France ou plus abouties et plus nombreuses comme par exemple en Argentine (les entreprises « récupérées ») ou la coopératives ouvrière Mondragon au pays basque espagnol, mais dans les tous les cas ce sont dans des secteurs et des créneaux restreints. Le mode d’organisation en SCOP permet des ruptures importantes avec le schéma dominant dans l’économie capitaliste : sur la propriété, la hiérarchie, la répartition des tâches, etc. Dans un autre registre, mais avec la même aspiration, le développement des AMAP (Association pour le maintien dune agriculture paysanne) pose les questions des circuits courts entre paysan-nes et consommateurs-trices, de l’inutilité des grands groupes prédateurs de la distribution mais aussi la qualité de la nourriture produite et du soutien à une agriculture non productiviste.
Quant à « l’économie sociale et solidaire », appelée aussi « tiers secteur », si elle traduit parfois une aspiration à sortir des lois du marché, elle n’est pas exempte de contradictions ; la gestion de ces entités, à l’exemple de nombre de Comités d’Entreprise ou d’associations, étant loin d’être en rupture avec le modèle dominant ! Elle se situe aux marges du système et sans vue d’ensemble, perméable à l’instrumentalisation dans un processus de privatisation des services publics, et à la récupération marchande comme le commerce équitable par les grandes chaînes de distribution.
Les expériences qui peuvent être menées à travers des CE (bien peu !) ou des SCOP, aussi utiles et intéressantes soient-elles, ne sont pas l’autogestion au sens d’un projet d’ensemble qui a des conséquences sur toute la société, et remet en cause les rapports entre classes sociales que nous connaissons. Le projet autogestionnaire dont nous nous revendiquons est nécessairement en rupture avec le système capitaliste.
Un syndicalisme internationaliste, concrètement
Le défi pour le syndicalisme est global : imposer un changement systémique, à l’échelle nationale et internationale. À cet égard, la construction de luttes conjointes entre salariés-es des grands groupes opérant dans plusieurs pays, notamment au niveau européen, doit devenir un objectif prioritaire ; le développement de réseaux syndicaux « lutte de classes » à l’échelle internationale, ou encore la pérennité des forums sociaux européens et mondiaux, sont eux aussi décisifs.
Des outils existent, comme le Réseau syndical international de solidarité et de luttes et les réseaux qui s’organisent dans plusieurs secteurs professionnels ; mais ils ne nous seront utiles pour construire les ruptures politiques et sociales que nous voulons, que si nos collectifs syndicaux de base (syndicats, sections syndicales) se les approprient, les font vivre, les banalisent auprès de la masse des salarié-es. Sinon, ils ne servent qu’à donner une bonne conscience internationaliste, sans effet réel sur la lutte des classes, donc sans conséquence sur les rapports sociaux et le système capitaliste !

Travailleurs-ses, usagers, consommateurs-trices, citoyen-nes…
Un autre défi posé au syndicalisme est celui de la conception du sujet social, acteur de cette perspective de transformation sociale : est-ce la classe ouvrière dans sa vision la plus restrictive ? Est-ce les salarié-es (qu’ils et elles aient un emploi, soient au chômage, en formation ou en retraite) ? Quel sont les rapports avec les paysan-nes ? Avec les artisan-nes ? La grande majorité du syndicalisme est encore imprégnée d’une conception restrictive des bases sociales de la démocratie économique et sociale. Le syndicalisme ne doit plus penser les forces dynamiques de la transformation sociale uniquement à partir du seul rôle de producteurs-trices et du lieu clos de l’entreprise, mais bien appréhender cette question de manière transversale, à la fois dans toute sa dimension interprofessionnelle mais aussi par l’articulation et la jonction entre les moments où nous sommes usagers, salarié-es, citoyen-nes ; ce dernier terme caractérisant ici la place des travailleurs-ses dans « la cité », sans renvoyer à une définition le limitant aux contours de la république bourgeoise héritée de 1789.
La cohérence des choix économiques, des finalités de production de biens communs, nécessite une vision globale qui dépasse les intérêts d’une seule communauté de production ou de service. Transformer l’ensemble des rapports sociaux suppose d’aller au-delà de la question de l’appropriation sociale des moyens de production et de développer une réflexion sur les sujets de la démocratie sociale, la citoyenneté et l’égalité pour sortir de la figure unique du producteur émancipé. De manière, certes modeste et avec toutes leurs insuffisances, les campagnes de boycott des produits (comme Danone en 2001), de « votation citoyenne » contre la privatisation de la Poste, ou encore les luttes syndicales internationales pour le droit à la santé, pour la défense du service public ferroviaire, sont autant d’illustrations d’alliances nécessaires de forces sociales complémentaires.
Plus récemment, la pertinence de la propriété des entreprises a de nouveau été posée. Les syndicats CGT et CGC de Fralib, à Géménos ont un projet de reprise de la production du thé Elephant/Lipton. La multinationale Unilever bloque, refusant de céder la marque Elephant. Au-delà de la volonté de briser le collectif de travailleurs-ses qui luttent contre la décision patronale, l’enjeu pour la multinationale est d’empêcher de vivre un projet qui répond à des questions de fond telles que celles des délocalisations, du développement de la production locale, des méthodes de production, bref, de la transition écologique.
A Florange, c’est une autre multinationale, Arcelor-Mittal, qui a bafoué ses engagements et fait renoncer le gouvernement aussitôt après une timide annonce de possible nationalisation partielle et temporaire…
Concernant PSA, nous écrivions en août 20012 dans un tract national Solidaires : « Un débat doit s’ouvrir avec les salarié-es concernés mais aussi avec l’ensemble de la population sur les questions de la socialisation, du contrôle des salarié-es sur ce qu’ils et elles produisent, sur l’utilisation de la plus-value dégagée, sur les investissements utiles à la société… Ces questions se posent pour la filière automobile comme dans les autres secteurs productifs ». En réalité, les grévistes de PSA n’ont jamais envisagé collectivement une reprise de la production, fut-elle accompagnée d’une reconversion ; une telle démarche suppose un travail syndical préalable, dans la durée.
L’absence de réflexion collective sur une gestion autre, et plus précisément sur une possible autogestion, affaiblit les perspectives émancipatrices des mouvements.
Des contre-pouvoirs à ancrer dans le quotidien
La question des contre-pouvoirs dans l’entreprise, mais pas seulement dans l’entreprise17, est essentielle. C’est un des exercices de « gymnastique révolutionnaire » dont parlaient les syndicalistes révolutionnaires du début du 20ème siècle. Car il ne s’agit pas de se limiter aux contre-pouvoirs mais bien de construire par là, notamment, une dynamique aboutissant à poser concrètement la question du pouvoir, de sa forme, de son exercice, de sa réalité, de son utilité … et nous en revenons au débat sur l’autogestion.

Nos mots d’ordre et nos revendications de redistribution des richesses produites, de diminution massive du temps de travail, de droit de veto des représentant-es des travailleurs-ses dans les Comités d’Entreprises, de réquisition des emplois, d’appropriation collectives des entreprises qui ferment, etc., s’articulent pleinement avec ces réflexions. Applicables à la situation présente, donc dans le cadre du système capitaliste, tout ceci peut être taxé de « réformisme ». Mais c’est le rapport dialectique avec les luttes qui peut leur donner un caractère révolutionnaire. La construction du rapport de forces et de mouvements de masse qui s’opposent frontalement au système en place, donc le renforcement des outils syndicaux qui portent cette dynamique, sont incontournables pour passer des débats abstraits à la pratique concrète.
De même, l’autogestion ne doit pas être une notion qui demeurerait abstraite aux yeux de la majorité des travailleurs-ses. Dans un processus de crédibilisation de nos aspirations autogestionnaires, il serait utile que les collectifs syndicaux travaillent sur ce que ceci pourrait signifier dans leur secteur (comme indiqué par ailleurs, en intégrant qu’il n’est pas question d’autarcie).
Ceci peut se concevoir relativement facilement pour une entreprise mono-activité, même si cela amène à poser des questions importantes comme l’utilité ou non de la hiérarchie, les modalités de décision collective, les rapports entre services, la non-opposition entre autogestion et parfois « commandement » technique, etc. Mais dans des entreprises plus importantes, dans des services en réseau (transports, énergie, etc.), c’est plus complexe ; raison de plus pour y travailler dès maintenant.
Nous ne voulons pas construire « un schéma idéal coupé de toutes réalités » mais apprendre ensemble, construire ensemble, rendre crédible la perspective d’autogestion donc de changement fondamental de l’organisation de la société.
Nous l’avons dit : l’autogestion telle que nous l’entendons ne se résume pas à la gestion directe par les salarié-es de chacun de leur lieu de travail. A contrario, elle doit s’ancrer à ce niveau. Nous sommes « chez nous » dans nos entreprises, nos services, nos lieux de travail ! Cette affirmation peut paraître naïve et apolitique ; elle est loin de l’être. C’est en prenant confiance dans leur « bon droit » (pas au sens du droit légal bourgeois) à décider ensemble de ce qu’ils et elles font au boulot que les travailleurs-ses oseront des actions plus radicales au sens où elles remettront en cause des principes présentés jusque là comme des évidences : la hiérarchie, les différences de rémunération, les directives qui ne correspondent pas au travail réel, etc. Se réapproprier collectivement nos lieux de travail est une action syndicale à première vue réformiste qui a une portée radicale et révolutionnaire.
Autogestion des luttes
La mise en pratique d’une conception autogestionnaire de la société concerne aussi les pratiques syndicales au sein des syndicats et dans les luttes. Toute conception pyramidale des prises de décisions est aux antipodes d’un projet autogestionnaire. Nombre d’organisations syndicales se considèrent comme les états major, les têtes pensantes, auxquelles les acteurs et actrices des mouvements sociaux doivent se soumettre.
Rompre avec cette conception et favoriser les formes de démocratie directe (assemblées générales décisionnaires au plus près des collectifs de travail, comités de grèves, assemblées générales interprofessionnelles, coordinations…), c’est oeuvrer à l’apprentissage de l’autogestion dans une perspective plus globale, c’est aussi choisir la démocratie dans les luttes, favorisant ainsi leur autonomie vis-à-vis de toutes forces extérieures (politiques, étatiques, gouvernementales, …) prétendant les diriger.
L’autogestion des luttes est exigeante : pour que les revendications, les formes et la durée d’une grève, la coordination éventuelle avec d’autres secteurs, le contrôle des négociations, etc., s’inscrivent réellement dans la démocratie ouvrière dont nous nous revendiquons, il faut par exemple que les assemblées générales (ou comités de grève, etc.) soient réellement représentatives des salarié-es en lutte.
S’appuyer sur l’expérience collective, être disponibles à l’inattendu
L’histoire du syndicalisme est traversée par des processus de recomposition à l’épreuve de la lutte des classes et des évènements politiques et sociaux qui la rythme. Ce sont des processus longs mais l’union syndicale Solidaires doit jouer un rôle central dans la recomposition syndicale de demain afin que celle-ci offre à l’ensemble du salariat une alternative au « syndicalisme d’accompagnement ».
Ne plus se concevoir comme un simple contre-pouvoir, mais se poser comme une force porteuse d’un projet de société face au capitalisme est une des conditions pour inverser le rapport de forces et rendre à nouveau possible l’avènement d’un autre monde. L’internationalisme est partie intégrante de ce processus.
En conclusion, si personne ne peut prétendre avoir un modèle clé en main d’un processus de transformation sociale, ni des formes achevées d’une organisation sociale autogestionnaire, commencer à se poser quelques questions fondamentales c’est tenter d’y répondre. Et surtout, l’histoire nous enseigne que les mouvements sociaux produisent eux-mêmes les outils nouveaux de la transformation sociale.
Etre attentifs aux nouvelles formes d’organisation collective et disponibles à l’inattendu, c’est être fidèle au combat de l’émancipation sociale.
Le 30 août 2013, Catherine Lebrun, Christian Mahieux.
Bibliographie (très sommaire…)
 Ouvrage collectif « Autogestion, hier, aujourd’hui, demain » – ed. Syllepse, 2010.
 Pierre Bourdieu « La noblesse d’état. Grandes écoles et esprit de corps » – ed. de Minuit, 1989.
 Contre Temps « Propriété et pouvoirs » – ed.Textuel, 2002.
 Fondation Copernic « L’appropriation sociale » – ed. Syllepse, 2001.
 Franck Mintz « L’autogestion dans l’Espagne révolutionnaire » – ed. Maspéro 1976
 « Moscou 1918, la revue Kommunist » – ed. Smolny, 2011.
 Thomas Coutrot « Démocratie contre capitalisme » – ed. La Dispute, 2005.
Autres bibliographies disponibles (très complètes…)
http://alterautogestion.blogspot.fr/p/bibliographies-autogestion.html
http://www.autogestion.asso.fr/wp-content/uploads/2012/05/bibliographie-20120523.pdf
Sites :
 Association pour l’autogestion : http://www.autogestion.asso.fr
 Foire à l’autogestion : http://www.foire-autogestion.org
 Alter autogestion : http://alterautogestion.blogspot.fr
 Autogestion.coop : http://www.autogestion.coop

CGT : un regroupement de fédérations dans les transports

Avec retard, nous revenons sur la journée d’action CGT sur les transports du 4 novembre dernier. Elle ne fut pas une réussite, mais l’intérêt est de souligner qu’il existe une interfédérale du secteur transport à la CGT, associant les Fédérations cheminots, équipement, et autres transports, dans une Union interfédérale des transports (UIT-CGT). Ce qui est peu connu. Cette union a pour mission de travailler sur les questions transversales aux politiques de transport : report inter-modal, questions écologiques, services publics.

Pour lire le PDF original  : 4 novembre UIT-CGT

 

Retour sur la journée d’action CGT dans les transports du 4 novembre

(article rédigé par un militant de la Fédération de l’Equipement)

Le mardi 4 novembre, l’Union Interfédérale des Transports CGT (UIT-CGT) avec les fédérations la composant, appelait les travailleurs du secteur des transports à se mobiliser et à interpeller les usagers. Malgré l’absence de cadre unitaire et un relai hétérogène par les structures interprofessionnelles locales (UD principalement), l’initiative a permis une cinquantaine de rassemblements ou de manifestations au niveau local. La manifestation à Paris a rassemblé quant à elle, un gros millier de personnes. En pleine « tempête médiatique » autour de l’appartement du Secrétaire Général de la Confédération CGT, il n’a pas fallu un pli pour que la majorité des médias y voient le signe de l’affaiblissement de la CGT au vu des incidences très faibles sur la circulation des transports.

L’objectif principal de la direction de l’UIT était d’imposer la thématique des transports et la nécessaire approche multimodale (avec report modal du tout routier vers le ferroviaire ou le fluvial) dans le cadre des débats de la Conférence Environnementale ou de la Loi sur la Transition Énergétique (La FNME-CGT (mines-énergie) s’est raccrochée à l’appel de l’UIT pour dénoncer le projet de privatisation des concessions hydroélectriques, la « stigmatisation » (sic) de la production nucléaire, inscrites dans le projet de loi sur la transition énergétique), tandis que l’abandon de l’écotaxe fragilise le budget de l’AFITF (Agence de financement des infrastructures de transport de France). Au final, la conférence environnementale y consacrera une de ses trois tables rondes (Table ronde n°2 : Transports et Mobilité Durables) sans grandes ambitions.

Une convergence à froid et sans perspectives unitaires

Cette action décidée en mai dernier lors de la 10ème conférence nationale de l’UIT-CGT (voir ici le bulletin UIT de septembre 2014 la relatant) demeure néanmoins une première action de convergences au sein de la CGT dans le secteur des transports, soumis à un intense mouvement de libéralisation et de dumping social, ainsi qu’un net recul de la capacité de blocage de l’économie au travers des différents services minimums depuis près d’une vingtaine d’années. Initialement prévue en octobre, le calendrier a été aligné sur celui de la Confédération (après le 16 octobre). Des réunions unitaires en vue de créer un mouvement intersyndical ont bien eu lieu dans le courant de l’été soit à l’initiative de l’UIT-CGT qui a pu rencontrer la FGTE-CFDT, l’UIT-FO, Solidaires ou UNSA Transports soit à celle de chacune des fédérations la composant, mais elles n’ont pas permis de déboucher sur un mouvement unitaire, pas même un communiqué commun à l’exception de la branche des transports routiers qui a donné lieu à un communiqué unitaire publié le 9 septembre* mais rester sans suite.
Néanmoins, le transport routier ne semble pas rentré dans le focal de cet appel de l’UIT-CGT plus orientée vers le service public (ex-entreprises nationalisées, SNCF, Fonction Publique), le sujet rentrant quelque peu en conflit avec la juste revendication du report modal. Pour exemple, la revendication d’une tarification sociale obligatoire (TSO* voire note ci-dessous) n’était pas reprise. Dommage, car c’est le seul secteur des transports dont avait émergé une intersyndicale…

Si l’on peut déplorer que cet appel n’ait pas eu lieu avant, par exemple lors de la mobilisation contre la réforme ferroviaire avant la période de reflux des luttes du secteur. Cela aura été cependant un début de convergence au sein de la CGT à l’heure ou chacune de ses organisations à tendance à se replier sur son champs d’action et ce malgré les perspectives très divergentes face aux projets confédéraux de regroupement des fédérations (la FD des Transports ayant peur de se faire avaler par celle des Cheminots et celle de l’Équipement préférant un regroupement au sein de la Fonction publique, par exemple). Reste à savoir quels contacts militants locaux ont pu se nouer et s’ils fructifieront par la suite ?

Retour sur la constitution de l’Union Interfédérale des Transports (UIT-CGT)

Au cours des années 80, sous l’égide de la Confédération, la Fédération des cheminots et la fédération des transports (FNST-CGT) rejoints en 1986 par la Fédération de l’Équipement ont constitué une Union Inter-fédérale des Transports : UIT-CGT. Cette union sera renforcée dans les années 90 par la Fédération Nationale des syndicats maritimes (FNSM-CGT) et Fédération des Officiers de Marine Marchande.
L’UIT s’est imposé peu à peu comme référent de la confédération sur les questions sociétales et les enjeux de société en ce qui concerne les transports et leurs infrastructures. Une impulsion nouvelle a été donnée en 2004, la confédération (la CGT) et ses cinq fédérations constituantes de l’UIT ayant décidé de dimensionner plus leur outil UIT, de mutualiser plus de moyens et plus d’activité. Il est rédigé un bulletin trimestriel à destination des syndicats du secteur, structures interprofessionnelles et syndiqués.
Si le bulletin et les réflexions de l’UIT cherchent réellement à promouvoir une approche multi-modale des transports, néanmoins la difficile vulgarisation des enjeux et la volonté de s’adosser aux « grands concepts » de la Confédération (Nouveau Statut du Travailleur Salarié, Pôle public des Transports, Développement Humain Durable) permet difficilement aux syndiqués à la base de s’emparer des débats…
Le périmètre de l’UIT recouvre plus d’un million cinq cent mille salariés; un peu plus de 75 000 sont syndiqués à la CGT et fédérés aux fédérations qui composent l’UIT.

L’UIT et la Confédération CGT

Devenue référent « transports » de la Confédération, l’UIT travaille à « confédéraliser » les dossiers: services publics et aménagement du territoire, schéma national d’infrastructures multimodales, volets transport des schémas régionaux de développement économique, schémas de cohérence territoriale avec les volets transports et plans climat énergie, pollution, développement durable, régionalisation des services régionaux de voyageurs, plans de déplacement d’entreprise et financement par l’employeur du trajet domicile travail… Types de financement/fiscalité, maîtrise publique…

L’UIT et les instances « représentatives » et « partenariales » nationales

C’est l’UIT qui assume, pour la CGT, la représentation des salariés dans les instances issue de la LOTI (Loi d’Orientation des Transports Intérieurs). Elle assume aussi la représentation dans divers observatoires nationaux, comme celui « transports énergies » issue de la loi sur le Grenelle de l’environnement, ou commissions comme celle sur le transport des matières dangereuses. Le secrétaire général de l’UIT est membre de la Commission des Comptes des Transports de la Nation (CCTN). L’UIT assure aussi la présence CGT dans le comité de suivi du Grenelle de la mer (Conseil archipel France). La CGT a aussi tenu à désigner un militant de ce secteur membre du Conseil National de Développement Durable et de suivi du Grenelle de l’Environnement (CNDDGE). L’UIT assure la participation CGT dans divers groupes de travail mis ponctuellement en place par l’administration ou le ministre de tutelle dès lors qu’ils ont une mission transverse, inter ou multimodale. L’UIT est un interlocuteur du Ministre des transports et des parlementaires. La délégation CGT au CESE est sous la responsabilité de la confédération, elle travaille en relation avec l’UIT sur toutes les questions transports auxquelles elle est confrontée.

L’UIT et les Comités Régionaux CGT et les CESER

Tenant compte des questions territoriales, qui désormais prennent de plus en plus de dimensions avec incidences sur le salariat, l’emploi et son contenu, la CGT met en place des collectifs UIT décentralisés au sein des comités régionaux CGT. En revanche, les liens avec les Unions Départementales (UD) semblent plus distendus.
Comme on peut le voir, l’UIT est avant tout un outil dédié à la mutualisation des réflexions et à la représentation institutionnelle de la CGT dans le domaine des transports. Le bureau de l’UIT est avant tout constitué de cadres syndicaux permaments issus des fédérations la composant.

L’UIT un outil d’action en charge de coordonner la construction de mobilisations et d’initiatives communes?

C’est précisément ce qu’il reste encore à construire pour être capable de mettre en place une riposte d’ampleur face aux déréglementations et privatisations mises en place par les gouvernements successifs avec ou sans l’impulsion de la Commission Européenne. De même un maillage territorial efficace avec des collectifs militants locaux reste encore à  construire pour permettre les convergences. Cette action du 4 novembre devrait en constituer le premier pas.

* Extrait du bulletin n°81 UIT-CGT décembre 2014: « La CGT revendique le juste coût du transport avec une Tarification Sociale Obligatoire «TSO» du transport routier de marchandises pour protéger les salariés du dumping et permettre d’élever les garanties sociales et garanties de travail au plus haut niveau. C’est la question de fond rarement posée mais qui détermine les conditions pour faire du routier marchandises l’indispensable complément des autres modes et de le repositionner à sa place en revoyant enfin l’organisation du travail et des conditions de vie de son salariat très exploité. »

Communiqué suite à l’intersyndicale du 9 septembre 2014 FGTE-CFDT Route, FO-UNCP, CGT Transports, CFTC Transports (salariés des TRM, TRV)
L’urgence d’augmenter les salaires
Après plusieurs négociations sur l’ensemble des secteurs de la Convention Collective et une année blanche sur les salaires où le patronat n’a cessé unanimement de faire de la provocation avec des
propositions outrancières et indécentes, et donc refusant de répondre aux revendications légitimes des salariés des transports, la paupérisation est donc désormais de fait.
La majeure partie des coefficients de la grille conventionnelle est en-dessous du SMIC depuis de nombreux mois. Cette situation est inacceptable et il faut donc en sortir.
Toutes les organisations syndicales représentatives des salariés du transport, après s’être réunies le 9 septembre 2014, exigent la tenue rapide d’une véritable séance de négociations avec le patronat qui devra apporter des propositions sérieuses répondant aux attentes des salariés. (Pour mémoire, fin 2013 toutes les organisations syndicales avaient revendiqué 5 % d’augmentation de
salaire.) A l’heure où les aides publiques (CICE, TIPP, TVA, Allégements FILLION) vont bon train en direction des entreprises par un catalogue d’aides diverses et variées, il est plus que temps que les salariés, et non les actionnaires ou les chefs d’entreprises, voient leur rémunération et leur pouvoir d’achat augmenter.

Sécuriser et développer la protection sociale
Le modèle de protection sociale dans les transports est aujourd’hui clairement menacé. En effet, à l’heure où le MEDEF, de par sa campagne sur le coût du travail, a la protection sociale dans le
viseur, mais aussi implicitement les autres composantes du patronat, notre profession n’échappe pas aux mauvais coups. La décision lourde de conséquences du Conseil Constitutionnel mettant fin aux clauses de désignation (obligation pour les employeurs de cotiser à une caisse unique permettant une mutualisation nationale des fonds pour répondre aux risques : prévoyance,
invalidité, ..,) est le premier signe pour mettre à mal notre système de protection sociale. Nos institutions gérées paritairement par les Organisations Professionnelles et les Organisations
Syndicales sont clairement attaquées permettant d’ouvrir la voie aux assureurs avec tout ce que cela signifie sur le risque d’explosion du montant de la cotisation, l’opacité de gestion pour les salariés, des cotisations servant à rémunérer les actionnaires ….
Le dossier pénibilité, dont la loi ne répond pas à la réalité de la profession, est aussi un enjeu majeur de négociation dans les semaines à venir. Nos organisations syndicales exigent la tenue d’une véritable négociation sur l’élargissement et l’articulation des régimes existants (congé de fin d’activité à 57 ans et couverture de l’inaptitude à la conduite) afin de permettre de répondre aux besoins de toutes les professions d’aujourd’hui et à une protection sociale de haut niveau digne de ce nom.
Une formation professionnelle au service de l’emploi
La nouvelle loi sur la formation professionnelle remet à plat toutes nos références en matière de formation et de gouvernance. Le chantier qui s’ouvre dans le secteur des transports est donc
essentiel pour assurer aux salariés le financement de leur formation professionnelle. Pour les organisations syndicales, nous ne concevons cette négociation que dans l’objectif d’assurer demain une meilleure qualité de formation indispensable aux salariés de la branche et aux entreprises pour se développer.
En effet, la formation professionnelle doit permettre un meilleur déroulement de carrière, une meilleure protection pour pérenniser l’emploi, et ceci suppose des moyens à la hauteur de ces ambitions ! Il n’est pas question que les employeurs gagnent de l’argent sur le dos de la formation. Nous attendons des employeurs qu’ils prennent leurs responsabilités afin que la profession puisse répondre à ces enjeux.
Si sur ces trois sujets aucune avancée concrète n’a lieu ces prochaines semaines, l’ensemble des organisations syndicales prendra ses responsabilités et n’hésitera pas à faire appel à vous pour
construire le rapport de forces avec des modalités qui restent à définir avec vous. Un éternel recommencement, le patronat ne connait que le rapport de forces pour s’ouvrir au
dialogue.
Tenez-vous prêts !

CGT : comment vivre sans le PCF?

Vivre sans le PCF: la question peut paraitre saugrenue. Elle est cependant souvent évoquée comme arrière-plan de la crise CGT actuelle. Ceci nous offre l’occasion de revenir sur ce que nous écrivions au moment du 47ème congrès CGT de 2003 à Montpellier, où cette question était prégnante dans les débats.

Suivant pour l’hebdomadaire Rouge les questions sociales et syndicales, j’avais titré un dossier sur  le congrès par cette question. Après le congrès,  un article dans la revue Critique communiste s’intitulait : « Le paquebot largue les amarres« . Car face aux questions posées, la CGT était contrainte de trouver les réponses par ses ressources propres, ce qui n’était pas facile. Ce n’était certes pas la première fois que la direction de la CGT  montrait une prise de distance avec le PCF. Ce fut le cas dans les années 1990 par la démission ou le non renouvellement des mandats de dirigeants (Louis Viannet, puis Bernard Thibault) aux instances nationales du PCF . Si ces décisions furent très commentées, elles ne produisirent pas de vraies difficultés dans le corps militant.Il est également important de préciser qu’en 2003, nous étions à la fin du mandat de Robert Hue (qui n’a pas laissé une marque très positive dans le PCF !), et que c’est à partir de 2005 (Traité constitutionnel européen) puis 2008-2009, qu’une stratégie nouvelle de rassemblement a vu le jour, dans laquelle le PCF a pris une part active.

En 2003, les problèmes s’étaient accumulés dans la CGT : définition d’un projet syndical propre et indépendant, rapport au salariat, et prises de décisions très délicates sur le fonctionnement organisationnel (centralisation des cotisations, début de redéfinition des structures…), le tout sans arbitrage « du » parti. Les débats du congrès de 2003 furent vifs et Bernard Thibault a dû monter  à la tribune pour rappeler à la raison une assemblée turbulente, le tout dans une assez grande confusion. La décision précise sur les cotisations (non traitée ici) a dû être reportée au congrès suivant (2006), même si le « principe » était acquis.

Mais justement, l’autorité personnelle de Bernard Thibault ne posait pas problème en 2003. Il lui a fallu cependant encore une fois « larguer les amarres » en 2012-2103, pour gérer sa succession. On sait que cela s’est mal passé, malgré une vraie consultation des structures.

Tous ces épisodes sont aussi racontés avec plus de détail dans le livre de Leila de Comarmond (journaliste aux Echos) : Les vingt ans qui ont changé la CGT (Denoël impacts, 2013), livre difficile à trouver au 50ème congrès de la CGT en mars 2013 à Toulouse.

 

47°  CONGRES DE LA CGT (2003)
Comment vivre sans le PCF ?

 

Le mensuel Liaisons sociales de mars 2003 titre : « Comment Thibault rame pour manœuvrer le paquebot CGT ». Estimant que les adhérents CGT sont « moins politisés qu’il y a quelques années », Bernard Thibault, dans une interview, n’hésite pas à enfourcher le thème du « recentrage » pour caractériser son projet : « Si vous entendez par recentrage le fait d’avoir une appréhension plus syndicale des problèmes, alors oui. » En 1978-1979, après la défaite de l’Union de la gauche aux législatives, telle était presque mot pour mot l’argumentation mise en avant par la direction de la CFDT rangée derrière Edmond Maire. Cessons de dépendre du politique et faisons notre boulot syndical avec réalisme ! On connaît la suite pour la CFDT. L’histoire va-t-elle bégayer ? Après la claque de la gauche plurielle le 21 avril 2002, après la deuxième « chute du mur » du PCF, [dont le candidat est] passé derrière la LCR et Lutte ouvrière à la présidentielle, la CGT est assurément forcée de trouver une voie «indépendante » et de rompre radicalement avec sa culture historique commune d’avec le PCF. Mais pour quel projet ?

Enterrement ou rupture
Lors des récentes obsèques d’Henri Krasucki (secrétaire général de la CGT de 1981 à 1992), Bernard Thibault déclare : « Tout le monde comprend qu’un nouveau chapitre est ouvert dans l’histoire de la CGT, mais il est loin d’y avoir unanimité sur la façon de l’écrire » (Liaisons sociales, mars 2003). Le débat est donc ouvert. Si en effet un dirigeant confédéral a personnifié avec force la dépendance totale de la CGT aux soubresauts de la politique du PCF, c’est bien Henri Krasucki entre 1979 et 1992. Pourtant, la direction CGT avait déjà réfléchi, dans les années 1970, aux conséquences du suivisme syndical face aux partis politiques. Et Georges Séguy, au congrès de 1978, en avait tiré des conclusions très audacieuses : prendre de la distance avec le PCF et proposer de construire un « Comité unitaire d’action syndicale » avec une CFDT à l’époque encore marquée par 1968.
Mais la CFDT refuse (recentrage naissant), et d’autre part, H. Krasucki fait tout, contre Georges Séguy, pour relayer dans le syndicat la politique du PCF et faire de la CGT un appendice suiviste des tournants de Georges Marchais : depuis la rupture de toute unité, le « bilan globalement positif » des pays de l’Est, jusqu’à l’entrée de ministres communistes au gouvernement de Mitterrand en 1981, leur sortie fracassante, etc. La CGT y a perdu les deux tiers de ses adhérents. A tel point que le dernier combat de Krasucki a justement été, en 1991, de tenter lui aussi de prendre de la distance avec certains cadres du PCF qui se considèrent « en mission » dans la CGT.
Pour Jean-Louis Moynot, ancien dirigeant de la CGT, le projet de Thibault (qu’il soutient visiblement à fond, si l’on se réfère au Monde du 14 mars 2003) serait en quelque sorte le parachèvement de celui de G.Séguy en 1978, plus de « vingt ans après ». Ce qu’il y a de vrai ici, c’est la nette volonté de Thibault d’extraire la CGT de la stricte dépendance du PCF, en sautant d’un tandem dont le pilote serait en perdition. C’est en effet pour la CGT une question de vie ou de mort. Avec 32,9 % aux prud’homales de décembre 2002, la CGT (dont le bureau confédéral est paradoxalement composé aux trois quart de membres du PCF, soit plus qu’il y a vingt ans) reste la première confédération, mais elle continue à subir une érosion, surtout dans l’industrie, où la CFDT progresse. Le seul secteur en progrès est le commerce, comme à Paris, après les luttes phares des derniers mois (non sans tensions entre les secteurs militants de terrain et la direction), et l’entrée dans la CGT de syndicalistes en rupture avec la politique pro-libérale de la CFDT.
Mais justement, la question stratégique posée aux congressistes CGT est de savoir si cette rupture symbolique avec le PCF va se faire dans une optique anticapitaliste plus claire et plus mûre (que l’ancienne phraséologie du PCF) ou, au contraire, vers une forme d’accompagnement du système, dont on ne pourrait changer qu’à la marge les choix principaux. Malheureusement, plusieurs événements prouvent que la CGT est plutôt en train d’amplifier la crise de ses repères, sous prétexte du refus de la « globalisation » et des anciennes consignes « qui partent d’en haut ».
Comment expliquer par exemple que le bilan d’activité confédérale depuis le congrès de Strasbourg de janvier 1999 ne contienne pas une ligne de commentaire sur la politique du gouvernement Jospin soutenu par le PCF ? Par l’indépendance de la CGT ? Au congrès de Strasbourg, les 35 heures étaient la question clé. Mais la CGT n’a jamais su (pour certains) ni voulu (pour ses dirigeants) tracer une vraie ligne indépendante sur ce point, par exemple, en disant clairement que la loi Aubry n’était «pas un point d’appui » (débat vif sur ce point au congrès de la fédération des métaux CGT en 2000) pour agir contre le patronat. Maryse Dumas a refusé, à Strasbourg, de soutenir un amendement engageant une bataille contre les reculs du Code du travail en matière de flexibilité, facilités par la loi Aubry.
Sur les licenciements, pendant la vague de luttes coordonnées du printemps 2001 (biscuits Danone, magasin Mark and Spencer, Air liberté), la CGT appelle seule à une journée d’action le 22 mai (passée presque inaperçue), premier jour du débat parlementaire sur la loi dite de « modernisation sociale ». Mais elle refuse, le 9 juin – alors que ce même débat parlementaire, prolongé, en était à une phase décisive -, de prendre part à la manifestation des entreprises en lutte, soutenues par les organisations de chômeurs et des partis politiques (PCF, Verts, LCR, LO, AL). Or, une solide implication confédérale dans cette manifestation réussie l’aurait faite passer au stade de confrontation avec le gouvernement, débouchant sur une radicalisation politique nécessaire à gauche. La CGT ne l’a pas voulu, prétextant encore l’indépendance. Mais par rapport à qui ? Au PCF et à « l’extrême gauche », peut-être, mais au gouvernement Jospin, c’est moins clair !
Quant à l’appui donné à Denis Cohen, secrétaire général de la fédération mines-énergie (par une lettre de J.-C. Le Duigou à la fédération mines-énergie, ce qui signifie forcément le feu vert de Bernard Thibaud) pour accepter l’accord [sur le régime des retraites] négocié avec la direction d’EDF-GDF, peut-on le justifier par l’indépendance ? Si un dirigeant CGT a été dans la dernière période un partisan caricatural de Robert Hue, allant jusqu’à figurer sur sa liste aux européennes de 1999, c’est bien Cohen ! Et la justification du compromis sur le régime des retraites d’EDF-GDF ne peut absolument pas être argumentée par un quelconque problème urgent de solvabilité du régime, mais uniquement par la stratégie de privatisation voulue par les comptables du capitalisme mondialisé [privatisation effective en 2004].
[…]
Nouveau siècle, nouveau syndicalisme ?
Le sectarisme de certains, le suivisme vis-à-vis de certains partis, un syndicalisme prétendant donner des ordres aux salariés ou réguler (CFDT) par-dessus leur tête « l‘intérêt général » plutôt qu’encourager leur initiative, ont abouti au repli des syndicats sur des appareils à la recherche d’une nouvelle légitimité. La CGT n’y échappe pas. A la croisée des chemins, elle reste traversée par les aspirations à un syndicalisme de lutte de classe, d’unité, d’ouverture aux mouvements de contestation du néocapitalisme (Forum social mondial et européen fin 2003), de pratiques nouvelles en phase avec les aspirations démocratiques du salariat d’aujourd’hui. Bref, une confédération unitaire pour un siècle nouveau, dans un contexte radicalement différent de 1902, où la CGT s’est affirmée.
L’histoire tumultueuse de son lien au PCF a besoin d’une révision complète, non pas au profit d’autres allégeances politiques, mais pour inventer, dans le pluralisme, un projet syndical neuf et mobilisateur […].
Dominique Mezzi (Rouge, mars 2003)

 

APRES LE 47e CONGRES CGT

Le « paquebot » largue les amarres

L’image d’un lourd « paquebot » CGT très difficile à faire bouger est régulièrement présente chez des commentateurs qui attendent une adaptation « réaliste » de la CGT. A la veille du référendum EDF-GDF de janvier 2003, où Denis Cohen, secrétaire général de la fédération énergie, approuvé en interne par Jean-Christophe Le Duigou (et donc par B. Thibault), donnait son feu vert à une « réforme » des retraites (désavouée ensuite massivement par les syndiqués et les salariés lors d’un référendum), Michel Noblecourt (dans Le Monde) décrivait cette « épreuve de vérité » pour la CGT. Il répertoriait trois « mutations » préparatoires à un recentrage assumé, comparable à celui de la CFDT de 1978 : la rupture du rapport au politique, et notamment au PCF ; la volonté d’une politique « contractuelle » (signature d’accords) ; et une avancée vers « les réformes », dont celle des retraites.
Le 47ème congrès s’est-il déroulé selon ce schéma ? […] L’orientation voulue par la direction confédérale est approuvée confortablement (75%), mais le pourcentage des contre et des abstentions a quand même doublé depuis le 46ème congrès, où le rapport général totalisait 91% des mandats. Certains votes d’amendements ont enregistré des résultats significatifs. Bernard Thibault lui-même a dû monter au filet à deux reprises pour appeler le congrès et « la majorité des 75% » à la responsabilité, devant un débat houleux qui menaçait d’échapper à la maîtrise de la direction.
Il y a donc bien un débat d’orientation qui s’affirme. Quoi de plus normal par ailleurs dans un congrès syndical ? Sauf que dans la CGT, la confrontation d’orientations différentes est certes possible, tolérée, tant qu’elle est émiettée ou individualisée. Mais lorsqu’elle prend la forme d’un débat structuré, avec des cohérences visibles entre syndicats différents, fédérations différentes, villes différentes, elle met vite en situation de fragilité le système de cohésion interne, habitué à l’unanimisme, au sentiment puissant de former un « corps commun ».
Dans Critique Communiste du printemps 2001, nous décrivions ainsi la bifurcation devant laquelle se trouvait la CGT : « Dès lors, deux voies s’engagent : celle d’une nouvelle CGT brisant le moule d’origine stalinienne, mais sans rompre avec l’identité lutte de classe, en tentant de la refonder dans les mouvements sociaux d’aujourd’hui ; ou celle d’une CGT s’adaptant empiriquement … à l’énorme puissance de séduction du capitalisme moderne. » Nous disions que si les débats depuis 1989-91 avaient mis en évidence des « croisements entre ces deux voies, des interrogations et des déchirements », « rien n’était encore bloqué dans un sens ou dans l’autre ». Après le 47ème congrès, peut-on dire que la page est tournée ? […].
L’éco-système

Pour comprendre le mécanisme historique d’évolution de la CGT, plusieurs entrées sont possibles. Mais celle de la rupture d’équilibre de ce qui fut appelé, par Georges Lavau, « l’éco-système » CGT-PCF, est probablement une des plus pertinentes […].
Dans un dossier de Rouge du 20 mars 2003, nous posions, en forme de boutade, la question suivante pour résumer le congrès CGT : « Comment vivre sans le PCF ? ». Cette façon de voir peut être d’autant plus questionnée que depuis le 46ème congrès, nous assistons à un paradoxe étonnant: alors que la direction CGT fait tout ce qu’elle peut pour ne plus paraître liée au PCF, sa haute direction est de plus en plus monocolore : probablement 75% de membres du PCF au bureau confédéral après le 46ème congrès, et peut-être 80% après le 47ème (contre 50% autrefois). Parallèlement, à la Commission Exécutive confédérale, restreinte numériquement, le pluralisme politique est quasiment nul. Et il semble bien qu’une semblable évolution se vérifie dans pas mal d’organisations nationales CGT. C’est moins vrai pour les organisations plus proches du « terrain », où se vérifie parfois l’inverse : la désertion, ou la disparition du PCF de l’animation syndicale concrète. Certains militants ressentent à nouveau ce qui semblait avoir disparu depuis le début des années 1990 : la chasse aux sorcières, ou l’intimidation idéologique (« Tu n’es pas dans la démarche CGT ») […].
Notre hypothèse est donc que la direction CGT a besoin, pour fonder son avenir en tant que première centrale syndicale (32,9% aux prud’homales, mais érosion maintenue, contre 3,3% pour le PCF aux présidentielles en 2002), de souder son système d’implantation, de direction et d’orientation de manière à ne plus dépendre directement des évolutions du PCF (et surtout de ses non réponses, comme en témoigne le récent congrès du PCF, qui ne débouche sur rien d’autre que la gestion de l’appareil sans offre politique). On peut même risquer l’hypothèse que la manière dont la CGT résoudra (ou non) le problème de l’assise et du renouvellement de ses bases matérielles de développement, associés aux orientations qui donnent une cohérence stratégique à ce projet pour son réseau militant, pourra servir de test et de « modèle » de réflexion pour la crise de la gauche tout entière, et du PCF en même temps.
On voit d’ailleurs les prémisses d’un scénario de ce type, au-delà du PCF, dans l’intérêt porté par le Parti socialiste au concept de « sécurité sociale professionnelle » débattu au congrès CGT (thème qui parcourt par ailleurs pas mal de réseaux militants, et dont il faut reconnaître qu’il reproduit aussi, sous une autre forme, une élaboration issue du secteur économique du PCF à travers la « sécurité-emploi-formation », proposée par Paul Boccara (Une sécurité d’emploi et de formation, P. Boccara, Le temps des cerises, 2002).
Ce n’est pas la première fois que la « courroie de transmission » fonctionne quelque peu à l’envers. C’était déjà le cas au milieu des années 1990, quand la CGT de Louis Viannet paraissait plus innovante, avec ses « modernistes » comme porteurs d’idées (que L.Viannet a repris sans l’avouer), qu’un PCF sortant d’une phase classiquement sectaire. Dans Politique La revue (octobre-décembre 1996, numéro spécial PCF), nous écrivions : « Les deux directions sont maintenant contraintes de négocier indirectement leur positionnement, (…), de tenir compte de leurs besoins réciproques, et d’éviter de se nuire». Or, à plusieurs reprises, dans les croisements d’intérêts entre les deux organisations, se sont produits des conflits publics. Depuis le 46ème congrès de Strasbourg en 1999, nombreux et à chaque fois très médiatisés (y compris volontairement), ont été les signes de prise de distance de la CGT avec la direction du PCF. Le PCF, pour sa survie politique, a parfois pris des initiatives intempestives qui ont beaucoup irrité la direction CGT, laquelle n’avait pas toujours été consultée.
On se souvient par exemple que la CGT a refusé de soutenir la manifestation du 16 octobre 1999 sur l’emploi, initiée par le PCF [alors au gouvernement], soutenue par la LCR et Lutte ouvrière, ainsi que d’autres organisations (chômeurs), en plein débat sur les licenciements et la loi Aubry des 35 heures. L’affaire était certes compliquée et a donné lieu à des remous dans tout le mouvement social sur « les rapports au politique ». Mais la CGT a par la suite été incapable (sauf sur les cadres) de lancer ses propres initiatives nationales sur cette question [des 35 heures], ayant sur la loi Aubry une approche de critique bienveillante, justifiée au congrès de Strasbourg par l’idée qu’il ne faut pas toujours être contre tout.
Le problème était beaucoup plus simple sur la manifestation nationale du 9 juin 2001 contre les licenciements, initiée cette fois par des entreprises (Danone, M&S) et des syndicats, soutenue par des associations et un panel politique pluriel allant du PCF à la LCR, LO, AL en passant par les Verts. Mais la CGT a également refusé, non sans débats internes houleux, certains responsables syndicaux membres du PCF soutenant plutôt cette participation.
La consécration politique de cette orientation a été médiatisée par la sortie de B. Thibault du Conseil National du PCF (lors d’un congrès extraordinaire de celui-ci en 2001, alors que parallèlement Jacqueline Lazarre et Christine Puthod, membres du bureau confédéral, y faisaient leur entrée, mais n’ont pas été reconduites au nouveau bureau issu du 47ème congrès), et sur la rencontre de juillet 2001 entre les deux directions (Bernard Thibault et Robert Hue présents), à l’issue de laquelle les documents échangés ont été reproduits in extenso dans la Nouvelle Vie ouvrière. On y lit notamment ceci : la CGT est « pleinement disposée à débattre en permanence avec tous les partis démocratiques », y compris d’objectifs revendicatifs, mais en excluant « toute attitude de soutien ou de co-élaboration d’un projet politique quel qu’il soit ». On y lit aussi cette idée intéressante de rejet de « toute suprématie naturelle de l’ordre du politique » qui impliquerait la « subordination du syndicalisme ». Mais notre interprétation de ce passage […] rejoint plutôt celle du livre collectif de dirigeants de la CGT en 1995 : Faut-il réinventer le syndicalisme (Gérard Alezard, Lydia Brovelli, Gérard Delahaye, Jean-François Leterrier) où on lisait : « Paradoxalement, le syndicalisme se retrouve trop « politisé » pour ne pas l’avoir été suffisamment, c’est parce qu’il n’a pas bâti lui-même son propre projet syndical qu’il s’est inscrit dans celui des autres » (par ailleurs, bien des propositions de ce livre sont devenues aujourd’hui celles de la CGT).
Ainsi le 9 juin 2001, la CGT pouvait apporter son propre projet syndical contre les licenciements, y compris la sécurité sociale professionnelle, mais elle a préféré, sous prétexte de ne pas se mélanger aux politiques, éviter au gouvernement Jospin une crise sévère. Une certaine façon de défendre l’indépendance peut ainsi conduire à d’autres…dépendances. Comme le dit aussi l’historien Michel Dreyfus (Histoire de la CGT, éditions Complexes, 1995), la thématique de l’indépendance, magnifiée depuis la Charte d’Amiens de 1906, cache mal un certain « refoulement » du politique […]
Une autre interprétation est encore possible du refus (« refoulé ») de la politique. Il faut un projet, mais après le 21 avril 2002, il n’est pas près d’émerger à gauche. Il n’y a pas d’alternative politique. Selon certains militants extrêmement démoralisés du PCF et de la CGT, seul un « populisme » avec variantes de droite et de gauche (« gauchiste ») serait aujourd’hui l’émanation de la crise sociale. Selon certaines hypothèses, le nouveau projet sérieux passera par une sorte de confédération souple autour du PS (avec des « volontaires » du PC, des Verts ?). En attendant, Raffarin et Chirac vont gouverner et le syndicalisme ne pourra que limiter les dégâts [selon cette conception démoralisée]. Comme le disait déjà L. Viannet en décembre 1995, à un jeune manifestant qui voulait faire tomber Juppé : « Mais par qui le remplacer ? » […]

Venons-en à la crise d’implantation sociale.

L’ « éco-système » CGT-PCF reposait sur un substrat social et historique commun : le développement d’une classe ouvrière industrielle et de grandes entreprises nationales (Renault, EDF…). Et l’accession de la classe ouvrière française, grâce à la phase de luttes ou de grands évènements (1936-1946) à un statut de reconnaissance nationale, mais aussi d’intégration dans le tissu politique historique, avec tout ce que cela implique de fierté collective, de sentiment de force, d’avenir possible, etc. CGT et PCF représentaient « la » classe ouvrière.
Le déclin a commencé en 1968, il est long et cruel. Mais le PCF, s’il conserve des réseaux militants précieux et combatifs, n’est pas enraciné dans les potentialités nouvelles du salariat, notamment sa jeunesse. Politiquement, il le subit depuis longtemps, et de plein fouet. La CGT est menacée également, parce que son appareil matériel n’est assis que sur cinq ou six grandes fédérations du secteur public, et quelques grandes branches industrielles affaiblies. La CGT a un besoin impératif de renouveler son rapport à la classe ouvrière du secteur privé ou employé (services, commerce, communication, techniciens, PME), quitte à mettre un bémol à certaines traditions revendicatives du « public » pour paraître mieux entendue de certaines couches ayant subi les reculs des dernières années […] On ne peut […] comprendre autrement les hésitations et tergiversations autour de la revendication du retour aux 37,5 annuités pour tous sur les retraites, qui peut être ressenti comme faisant trop la part belle au secteur public.
La CGT se voit donc contrainte, sous peine d’asphyxie, de renouveler sa base sociale. Ce faisant, elle est fascinée par les résultats indéniables obtenus par la CFDT […], au prix du recentrage vers le syndicalisme du possible (prédéterminé par les choix patronaux essentiels). Elle opte donc pour un pragmatisme revendicatif […].
Il ne faudrait pas, par ailleurs, se tromper de débat. Que la CGT se présente comme le syndicat des «conquêtes sociales » et valorise les avancées concrètes, n’est pas critiquable. Un syndicat, c’est d’abord cela. La CGT a trop vécu sur la base de consignes venues d’en haut, de slogans ronflants et creux. Mais le monde a changé. La jeunesse, les salariés, ne croient plus aux discours seulement généraux. Il faut inventer un langage et une pratique nouvelle, efficace, mesurable, s’appuyant sur une culture démocratique beaucoup plus forte, sur l’intelligence collective. Il faut se coltiner les salariés du secteur privé d’aujourd’hui, qui n’est plus le même que dans les années 1950. Or une partie importante du corps militant CGT n’est pas formée à cela […].
Il en va ainsi de l’objectif d’un « statut du salarié » et de la « sécurité sociale professionnelle », avec lequel la direction CGT tente de redonner une cohérence à son action. Bien des équipes ne comprennent pas et sont désappointées […].
Au total, le 47ème congrès de la CGT a donc été le théâtre de deux crises entrelacées, quoique distinctes : celle du projet politique de la CGT, et celle de son implantation sociale, comme facteur d’affaiblissement de son appareil matériel [au centre du congrès lui aussi]. Le dénouement est à venir […].
Dominique Mezzi (Critique Communiste, mai 2003)

 

 

Encore sur « syndicalisme et politique » : deux points de vue de René Mouriaux

Le premier document (8 décembre 2010) que nous publions ci-dessous est issu d’un séminaire de l’Institut de recherche de la FSU (www.institut.fsu.fr). Pour analyser l’attitude syndicale face au néolibéralisme, René Mouriaux donne des indications plus générales et historiques sur les rapports entre le syndicalisme et les questions de transformation sociale, voire politiques (même si ce n’est pas traité directement).

Le deuxième document est une conférence prononcée le 29 avril 2014 à l’Institut d’histoire sociale (www.ihs.cgt.fr) de la CGT, dont René Mouriaux est également membre. Partant de raisonnements en terme de « logique », il invite à ne pas confondre, dans le débat sur « syndicalisme et politique »,   le « contraire » (ou « l’impossible« ) et le « contradictoire« , qui se résout comme chacun sait dialectiquement en une synthèse nouvelle !

Nous indiquons le lien pour accéder au PDF de ce document:

Cliquez : pdf_Conference_Rene_Mouriaux_-_Syndicalisme_et_apolitisme

 

 

siteon0

Politiques néolibérales

Les syndicats face au néolibéralisme par René Mouriaux

Ce texte a été présenté et discuté lors de la séance du séminaire « Politiques néolibérales et action syndicale » le 8 décembre 2010. Pour René Mouriaux étudier le rapport entre syndicats et néolibéralisme incite à examiner les dimensions de la relation des partisans de la liberté économique avec le « fait syndical ». Cela conduit aussi à indiquer des pistes de répliques pour les organisations qui n’entendent pas se rallier aux sirènes du laisser-faire, laissez-passer.

Le mot « syndicat » est attesté en 1477 et signifie « charge ou fonction de syndic ». Le terme provient du grec (syndic, qui dit le droit) en passant par le latin (syndicus, défenseur des droits). En francais, jusqu’au XVIIIe siècle, syndic désigne quiconque assure une fonction de délégué. Alors que « les chambres syndicales » apparaissent à partir de 1864 avec la suppression de l’interdiction de la grève, de la coalition, la lexie « syndicat professionnel » s’impose avec la loi de 1884. Syndicat relève ainsi fortement du vocabulaire juridique et vaut pour toutes les organisations qui s’en prévalent, qu’elles soient révolutionnaires, réformistes, réformatrices voire fascistes. Syndicalisme apparaît en 1893, deux ans avant la création de la CGT. Dans son Dictionnaire du Socialisme (Giard et Rivière, 1911), le guesdiste Charles Vérecque retrace de manière assez exacte l’histoire du mot, d’abord général, puis accaparé par le courant révolutionnaire de la CGT qui ne comprend pas que des ouvriers anarchistes mais aussi des blanquistes. « Syndicalisme. Pour les socialistes, le syndicalisme n’est pas autre chose que l’organisation syndicale ou corporative de la classe ouvrière. C’est ainsi qu’on pourrait retrouver, sous la plume de Guesde, l’emploi de ce mot dans le Socialiste de 1893, et s’appliquant à cette organisation. Mais depuis quelques années, sous l’influence anarchiste, ce mot a subi une transformation : on lui donne un sens qu’il n’avait pas autrefois, et qu’il ne peut pas avoir, et une valeur d’affranchissement, comme le socialisme, auquel souvent certains l’opposent. Ce qu’on appelle le syndicalisme est considéré par ses partisans comme une méthode d’expropriation de la classe capitaliste. Il existe même des partisans qui déclarent, audacieusement et inconsciemment, que c’est la seule méthode d’expropriation capitaliste. » (Op. cit. p.466)

La coloration apportée par les partisans de l’action directe (boycott, label, grève, sabotage) a conduit à accoler un adjectif pour distinguer le syndicalisme « réformiste » du « révolutionnaire ». Il n’est pas question d’étudier la floraison de qualificatifs utilisés (chrétien, confessionnel, jaune, social-démocrate, marxiste, etc.) sans oublier les typologies savantes. Il suffit de souligner dans les usages contemporains les deux acceptions, la première désignant le mouvement et l’autre l’action exercée par et dans l’organisation relevant de la loi de 1884. Le terme de libéralisme a été forgé par Maine François Pierre Gontier de Biran, dit Maine de Biran qui l’utilise en 1818 dans son Journal comme nom de la « doctrine favorable au développement des libertés ». Le pluriel indique la liaison entre économie, politique, religion et culture. Mais le général Augusto Pinochet a dans les années 1970 montré à quel point le libéralisme économique pouvait être dissocié du politique. Néolibéralisme apparaît en 1844 alors que paraissent les premiers ouvrages d’Alexis de Tocqueville et de Frédéric Bastiat. Le malheur est que d’autres acteurs impriment des cours nouveaux à la doctrine de la liberté économique. Les « néos » se succèdent, révélant la faiblesse de ce préfixe. Au début du XXIe siècle, le néolibéralisme désigne la conception de l’économie énoncée par John Williamson dans Le consensus de Washington et qui s’inspire de Hayek. Étudier le rapport entre syndicats et néolibéralisme incite à examiner d’abord les deux dimensions de la relation des partisans de la liberté économique avec le « fait syndical » et en troisième lieu à indiquer des pistes de répliques pour les organisations qui n’entendent pas se rallier aux sirènes du laisser-faire, laissez-passer.

I La stratégie anti-syndicale des libéraux

De manière explicite et qui sera durable, les libéraux ont, par la Loi le Chapelier du 4 juin 1791, nié l’existence de « prétendus intérêts communs ». Le salarié est un individu qui contracte librement avec l’employeur. Pas de corporation, pas de coalition. Le mouvement ouvrier a réussi à ébranler le dogme individualiste. La contre-offensive libérale à partir de Reagan et de Thatcher a visé à détruire les conquêtes sociales antérieures à la crise du keynésiano fordisme. La révolution conservatrice « made in France » d’abord rampante sous la gauche ralliée à l’économie de marché, puis explicite avec Jacques Chirac et proclamée avec Nicolas Sarkozy, comporte trois dimensions. Tout d’abord, le patronat se préoccupe de « reprendre la main » dans l’entreprise. Certes, il a toujours veillé à s’assurer l’allégeance des salariés à travers des formes de management successives, paternalisme, taylorisme, D.P.O. et les pratiques communicationnelles. Toutefois avec la crise, la gestion du personnel est devenue agressive. Le collectif de travail a été démantelé par l’externalisation et la sous-traitance. Les statuts sur le même site se sont multipliés : intérim, stagiaires, temps partiel, CDD, de telle sorte que les CDI ont été réduits au strict minimum. La mise sous pression engendre un tel stress que les suicides au travail se banalisent. Les patrons voyous sont montrés du doigt mais le chantage à la délocalisation est pratiqué par de grands groupes. En second lieu, le patronat dans son ensemble s’en est pris aux « rigidités » du droit du travail et les pouvoirs publics ont pris en charge leurs doléances. En 2008, la requalification du Code du Travail a permis de rétrograder nombre de dispositions légales en réglementaires. Les accords de procédures ont été favorisés aux dépens des normes. Les accords dérogatoires ont chamboulé la hiérarchie des textes. Le Statut de la Fonction publique a été déstructuré et la grève dans le secteur public muselée. Enfin, la répression contre les militants s’est amplifiée. Les licenciements abusifs relèvent du quotidien comme l’attestent les décisions de Prud’hommes exigeant la réintégration de délégués injustement sanctionnés. Un doctorant en économie, Thomas Breda a évalué à 20 % en moyenne le retard salarial des délégués syndicaux CGT par rapport à leurs collègues (L’Humanité, 15 novembre 2010, p.9). La crainte de représailles explique en partie la non syndicalisation.

II Intégrer le syndicalisme

Quand le syndicalisme de conquête s’avère être un danger trop pressant, le patronat n’hésite pas à susciter des contre-feux (Jaunes, SPF, CSL) ou à provoquer des scissions. Dans la période contemporaine, à côté de la répression, le patronat libéral ne se prive pas de recourir à des manœuvres de séduction (et même de corruption) ainsi que d’assujettissement. D’incessantes campagnes médiatiques sont menées contre le syndicalisme de transformation sociale, accusé de quatre vices principaux : son archaïsme (une pensée du XIXe siècle ou du CNR), son corporatisme (opposé à l’intérêt général défini par les employeurs et la majorité présidentielle), son caractère anti-démocratique (les bloqueurs minoritaires prennent en otages les usagers). En même temps, les projets de contre-réforme sont acclimatés par des échanges avec les dirigeants syndicalistes favorables au dialogue social. Sur le plan européen, les rencontres du Val Duchesse ont rempli ce rôle. Dans l’hexagone, on peut citer la Fondation Saint-Simon et particulièrement depuis 1999, l’Université d’été du Medef (succédant au CNPF en1998) qui invite le secrétaire général de la CFDT. Le credo libéral, à force d’être répété, apparaît comme évident, et le consensus inévitable. À défaut de le supprimer, une partie du patronat libéral envisage d’intégrer le syndicalisme.

Comment justifier pareille entorse au dogme individualiste ? Historiquement en France, deux tentatives ont été effectuées en ce sens avant la loi de 1884. Tout d’abord, il faut évoquer la notion de « corps intermédiaires » qui sont envisagés pour contribuer à la stabilisation de la société. Sauf erreur, la notion apparaît pour la première fois sous la plume de Benjamin Constant dans De l’esprit de conquête (1814). Le grand libéral français participe en 1815 au Projet constitutionnel de Napoléon Ier, de retour de l’île d’Elbe. Il suggère une représentation des intérêts professionnels, disposition qui sera baptisée « la Benjamine ». L’idée chemine, quoique toujours menacée d’être taxé de « corporatisme ». Jean-Philippe Perrot est le seul chercheur à fournir des repères pour l’histoire de cette notion dans La représentation des intérêts dans le mouvement des idées politiques (PUF, 1974). Après la FEN, l’UNSA utilise fréquemment la notion de corps intermédiaires pour exprimer sa conception du syndicalisme réformiste.

Une seconde tentative de tempérer l’individualisme pour mieux le défendre a été entreprise par le directeur du Journal des Économistes, Gustave de Molinari. Cet auteur prolifique a publié les Bourses du travail en 1849 (réédition 1893). À l’instar des Bourse de valeurs qui agrègent les capitaux et favorisent les échanges, les ouvriers réuniraient leurs offres d’emploi et les mettraient en rapport avec les demandes. Molinari tente d’obtenir l’approbation et l’appui des organisations ouvrières. De manière convaincante, Peter Schöttler a relativisé l’importance de l’économiste belge dans la Naissance des Bourses du travail (PUF, 1989). Mais du point de vue théorique, la contribution de Molinari est importante. Par un anti-étatisme forcené, l’hyper libéral envisage une organisation autonome de la société civile. Quand les libéraux s’occupent du syndicalisme, ils visent à le domestiquer. Émile Ollivier, l’homme-clé de l’Empire libéral et principal auteur de la version finale de la loi du 25 mai 1864 autorisant la grève affirme : « La liberté de coalition tuera les grèves ».

La loi du 21 mars 1884 sur les syndicats professionnels, votée après de nombreux reports, pose le principe de spécialité. Les syndicats ont en charge les questions économiques et ne doivent pas déborder sur le champ politique. La circulaire de Jules ferry aux préfets qui accompagne le texte incite ces derniers à favoriser, avec doigté, la création de ces associations. L’intention d’intégration relève de l’évidence. D’où l’opposition militante au lendemain du vote. La logique de la loi de 1884 a été poursuivie à travers divers dispositifs, à commencer par le paritarisme (terme de 1961 alors que paritaire remonte à 1920). Dans son Cahier de prison 16 (1934) Antonio Gramsci relève la duperie de la notion – ce qui ne signifie pas le refus radical de la pratique. « §18. « Paritaire ». La signification de « paritaire » est des plus intéressantes et « significatives ». Elle signifie que 1 000 000 a les mêmes droits que 10 000, parfois qu’un seul a les mêmes droits que 50 000. » (Traduction Gallimard, 1990, p.235).

L’autonomisation de la démocratie sociale promue à partir des années 1980 avec la disqualification de la loi et l’exaltation de la régulation conjointe (réglementation négociée, convient-il plutôt de dire) est amplifiée par la refondation sociale du Medef. L’influence du volontarisme juridique britannique est perceptible. On le retrouve jusque dans les accords de Bercy du 23 mai 2008 où les comités de suivi sont réservés à ceux qui ont signé les accords (Partie 3-section 3).

III Réplique du syndicalisme à l’offensive néolibérale.

Cette troisième partie sera rapide car le thème forme l’objet même du séminaire. A titre propédeutique, il est possible d’avancer trois pistes de réflexion. La première consiste à envisager les pratiques anti-institutionnalisation. Les négociations, la présence dans les institutions paritaires relèvent de la nécessité et du danger du face-à-face intégrateur. La FSU est consciente du problème et a dès sa naissance organisé la consultation des personnels après la signature d’un accord. Un bilan de cette pratique serait instructif, comme celui des décisions de boycott ainsi que des comptes-rendus de mandats. Le second axe concerne la bataille des idées. Le néolibéralisme est une idéologie conquérante. Le combattre requiert de mettre à nu ses fondements et ses ruses, ses visées et ses relais. En 2009, la CGT a édité un Lexique usuel critique de l’idéologie dominante économique et sociale (LUCIDES) que son IHS a élaboré avec des chercheurs comme Jacques Freyssinet et Josette Lefèvre. L’institut de la FSU a édité en 2002 un Nouvel ordre éducatif mondial de grande qualité. Comment mieux populariser ces travaux, comment accroître le rayonnement de la pensée critique ?

La troisième piste concerne la construction d’un projet syndical alternatif. La lutte de l’automne 2010 a montré le handicap que représentait l’absence d’une proposition syndicale cohérente pour l’avenir des retraites. L’indépendance syndicale est à ce prix. Lier la défense des retraites à l’emploi et à l’amélioration des salaires est pertinent mais il faut aller au bout de la démarche en explicitant les conditions, y compris au niveau de l’UE, pour obtenir les trois objectifs. Dans la conjoncture présente, à crise systémique, revendications systémiques. Évidemment, il est plus aisé d’écrire que de construire : il faut passer de la défensive à l’offensive.

René Mouriaux Docteur d’État en Science Politique

 

 

Encore sur le livre Syndicalisme : cinq défis à relever, unissons-nous!

Nous avions commenté le livre coordonné par Jean-Claude Branchereau et Patrick Brody : Syndicalisme, cinq défis à relever Unissons-nous! Nous publions ici le commentaire de Didier Epsztajn, paru sur le blog : entreleslignesentrelesmots.wordpress.com

 

 

 

Le syndicalisme n’a pas à s’auto-limiter dans son projet

couvCet ouvrage collectif, coordonné par Jean-Claude Branchereau et Patrick Brody, avec la participation de Michel Angot, Gérard Billon, Alain Bonnet, Antoine Cathelineau, Gilles Desseigne, Elisabeth Labaye, Hervé le Fiblec, Thomas Petit, Jean-Marie Roux. Joel Le Coq, Pierre Héritier, Gérard Aschieri, Christophe Delecourt, Jean Dunois est divisé en deux parties. La première est consacrée aux « Cinq défis à relever » : revendicatif, unité, démocratie, indépendance, avenir ; la seconde regroupant des contributions plus individuelles.

J’indique que manque, à ce collectif, des syndicalistes de Solidaires et de Force Ouvrière et qu’une seule femme y contribue. Ces deux éléments expliquent probablement, en partie, des « creux » dans les analyses.

Le syndicalisme est un outil d’organisation permanent de toutes et tous les salarié-e-s. Il « répond » à la situation de subordination engendré dans/par le rapport salarial. J’indique, sans m’y étendre, que les formes de ce rapport salarial de même que celles empruntées par le syndicalisme ne sauraient être abordées hors de la construction des institutions étatiques, du marché du travail, des protections de « la liberté d’entreprise » et des droits obtenus par les luttes sociales et politiques..

Par ailleurs, le rapport salarial ne peut être approché hors de l’analyse de l’ensemble des rapports sociaux dans et hors du travail salarié (rapports sociaux de genre, travail domestique assigné aux unes, racialisation et stigmatisation des un-e-s et invisibilisation des pratiques des communautés majoritaires des autres, préférence nationale dominante dans la fonction publique, etc.)…

Qui dit rapport salarial dit aussi travail. Le travail concret et le travail comme rapport social. Et quitte à me répéter, sauf à négliger les conditions réelles des femmes, le travail salarié ne peut-être abordé en abstraction du travail domestique (Voir, par exemple Danielle Kergoat : Se battre disent-elles…, Travailleuse n’est pas le féminin de travailleur).

La même démarche s’impose pour les travailleurs et les travailleuses « immigré-e-s ». Les dimensions de stigmatisation/domination en tant immigré-e-s (ou considéré-e-s en tant que tel-les) ne sont pas neutres dans le rapport salarial. La situation est encore plus « tendue » pour les travailleurs et travailleuses sans-papier-e-s.

Plus généralement le travail doit être questionné, non seulement dans son organisation, mais aussi dans ses dimensions d’exploitation et de libération, « Travailler la question du travail » comme l’écrit un des contributeurs.

J’en reviens aux deux termes : la « permanence » de l’organisation des salarié-e-s, au delà des temporalités d’engagement individuel, des actions ou des situations ; la « totalité » car la fonction même du syndicalisme est de « représenter »/organiser l’ensemble des salarié-e-s. Ou, pour le dire autrement, le syndicalisme est une des formes d’auto-organisation des salarié-es pour défendre leurs intérêts individuels et collectifs et pour modifier le rapport salarial lui-même. Le syndicalisme pour faire sens doit donc entreprendre le présent et le futur, poser les questions de l’émancipation, des émancipations, « une vocation de transformation sociale et de défense quotidienne des salarié·». Ce qui implique, entre autres, de débattre et d’agir, au présent, dans le domaine de l’appropriation sociale.

Je n’aborde que certains points du livre.

La conception de la finance développée par les auteur-e-s sous-estime la fonctionnalité de celle-ci dans la valorisation et l’accumulation du capital (Voir par exemple, sur ce sujet : Michel Husson : Un pur capitalisme, la-crise-est-certaine-mais-la-catastrophe-ne-lest-pas/). La « financiarisation néolibérale » est une forme historique du mode de production capitaliste. Cela n’enlève rien à la nécessité que les actionnaires doivent rendre compte « Les détenteurs de capitaux doivent avoir, pour le moins, des obligations vis-à-vis des entreprises et groupes industriels ». Ni au fait que l’organisation des groupes implique de « développer des stratégies syndicales de groupes », groupe pris au sens le plus large, incluant les chaines de sous-traitants ou les organisations commerciales.

Les auteur-e-s soulignent la chaine « revendiquer, résister, proposer, agir, négocier », discutent de la place des revendications, de l’existence de compromis, des pratiques syndicales, « faire confiance aux salarié·s qui sont les experts de leur travail ».

Elle et ils développent sur l’unité nécessaire du mouvement syndical. Unité qui ne saurait se limiter à la conjonction de forces syndicales, divisées organiquement, ni à au mouvement syndical au sens strict, « Ainsi, construire des collectifs dans un cadre local, d’entreprise, sectoriel ou national intégrant syndicats et associations peut permettre de faire avancer des objectifs concrets locaux ou nationaux, accessibles à la compréhension du plus grand nombre. C’est un moyen de construire l’unité ». Construire l’unité en permanence nécessite à la fois de prendre en compte les divisons sociales et les dominations internes au salariat (voir plus haut), les orientations divergentes (la démocratie relève de la dispute et non du consensus), les temporalités en tension et les intérêts matériels contradictoires… Les exemples de Clip P dans le commerce, du collectif pour un pôle financier public, du collectif « pas de bébé à la consigne » sont révélateurs des possibles unitaires.

Unifier exige aussi de définir des formes d’organisation adéquates, un fédéralisme rénové et raisonnable (j’y reviendrai).

La question de la démocratie « ouvrière » et syndicale est donc centrale tant dans la « reconstruction du mouvement syndical » que dans son unification, que dans la capacité de mobilisation des salarié-e-s. Il convient donc de traiter cette double dimension de la démocratie.

Pour ce qu’il en est de la démocratie syndicale dont parlent les auteur-e-s, « La démocratie syndicale doit donner le pouvoir à un collectif dans lequel chacun·e exerce de façon éclairée son pouvoir d’appréciation et de décision », elle ne peut qu’être organisée, en garantissant à chaque collectif son « pouvoir d’appréciation et de décision », Ce qui pose le problème d’un fédéralisme rénové et raisonnable qui ne saurait être limité par la phrase très discutable « de discipline dans l’application des décisions ». Ce nouveau fédéralisme à construire ne résoudra pas toutes les tensions et les contradictions générées par les rapports sociaux, mais peut-être un gage de processus de démocratisation des décisions et des actions…

Et démocratie « ouvrière » car « les salarié·es se prononcent en dernier lieu ».

Se pose la question des formes d’organisations syndicales adéquates tant à cette dimension qu’aux cadres imposés par la structuration réelle du pouvoir dans les entreprises. Je rappelle que le mouvement syndical reste structuré en syndicat de métier, en syndicat d’entreprise, en syndicat de site, etc. Des débats incontournables…

Les auteur-e-s parlent de « subordination au politique, à l’Etat, à une Eglise », de « garder la maîtrise de sa réflexion et de son action ». Curieusement l’indépendance par rapport au patronat, à l’organisation des entreprises n’est pas soulevé, ni celui du patriotisme d’entreprise, ni celui de la préférence nationale (comme dans la fonction publique), ni de l’alignement de certain-e-s avec leur patronat dans la concurrence inter-entreprise… Comme écrit dans une contribution de la seconde partie du livre « C’est l’esprit initial du syndicalisme qui voulait qu’un syndicat défende tous les travailleurs et pas seulement ceux d’une entreprise ou d’un pays ».

Syndicalisme et politique, Charte d’Amiens, les débats méritent d’être approfondis. Si les retours sur l’histoire sont nécessaires, des apports du syndicalisme révolutionnaire, du mouvement féministe ou de l’histoire anti-coloniale méritent d’être pris en compte.

La première partie se termine sur les dimensions européennes.

Des contributions pour des débats à approfondir.

Lire une autre approche sur ce livre : Dominique Mezzi : https://syndicollectif.wordpress.com/2014/11/30/syndicalisme-debattons-cest-urgent/

En complément possible :

Les cahiers de l’émancipation. Dominique Mezzi (coordination) : Nouveau siècle – Nouveau syndicalisme, ne-pas-tracer-de-limites-a-priori-a-laction-syndicale/

Annick Coupé : Déclin du syndicalisme, impuissance des partis politiques et montée des populismes : quel débouché politique pour la contestation sociale ?, declin-du-syndicalisme-impuissance-des-partis-politiques-et-montee-des-populismes-quel-debouche-politique-pour-la-contestation-sociale/

Hélène Adam et Louis-Marie Barnier : La santé n’a pas de prix. Voyage au cœur des Comités Hygiène Sécurité et Conditions de Travail, retrouver-les-chemins-de-la-remise-en-cause-de-la-societe-entiere/

Travail, genre et sociétés : Genre, féminisme et syndicalisme, mettre-en-place-des-processus-sociaux-continus-pour-construire-legalite-entre-femmes-et-hommes/

David Camfield : La crise du syndicalisme au Canada et au Québec. Réinventer le mouvement ouvrier, laction-collective-donne-aux-salariees-la-perception-de-leur-pouvoir/

Fondation Copernic : Répression et discriminations syndicales, bien-que-legitime-par-le-droit-le-fait-syndical-est-remis-en-cause-dans-les-pratiques-et-devalorise-dans-les-discours/

Jean-Claude Branchereau, Patrick Brody (coord.) : 21e siècle. Syndicalisme : cinq défis à relever

Unissons-nous !

Editions Syllepse, Paris 2014, 140 pages, 10 euros

Didier Epsztajn

Entre les lignes entre les mots

couvCet ouvrage collectif, coordonné par Jean-Claude Branchereau et Patrick Brody, avec la participation de Michel Angot, Gérard Billon, Alain Bonnet, Antoine Cathelineau, Gilles Desseigne, Elisabeth Labaye, Hervé le Fiblec, Thomas Petit, Jean-Marie Roux. Joel Le Coq, Pierre Héritier, Gérard Aschieri, Christophe Delecourt, Jean Dunois est divisé en deux parties. La première est consacrée aux « Cinq défis à relever » : revendicatif, unité, démocratie, indépendance, avenir ; la seconde regroupant des contributions plus individuelles.

J’indique que manque, à ce collectif, des syndicalistes de Solidaires et de Force Ouvrière et qu’une seule femme y contribue. Ces deux éléments expliquent probablement, en partie, des « creux » dans les analyses.

Le syndicalisme est un outil d’organisation permanent de toutes et tous les salarié-e-s. Il « répond » à la situation de subordination engendré dans/par le rapport salarial. J’indique, sans m’y étendre, que les formes de ce rapport salarial de même que celles empruntées par le syndicalisme ne sauraient…

View original post 1 167 mots de plus