CGT : comment vivre sans le PCF?

Vivre sans le PCF: la question peut paraitre saugrenue. Elle est cependant souvent évoquée comme arrière-plan de la crise CGT actuelle. Ceci nous offre l’occasion de revenir sur ce que nous écrivions au moment du 47ème congrès CGT de 2003 à Montpellier, où cette question était prégnante dans les débats.

Suivant pour l’hebdomadaire Rouge les questions sociales et syndicales, j’avais titré un dossier sur  le congrès par cette question. Après le congrès,  un article dans la revue Critique communiste s’intitulait : « Le paquebot largue les amarres« . Car face aux questions posées, la CGT était contrainte de trouver les réponses par ses ressources propres, ce qui n’était pas facile. Ce n’était certes pas la première fois que la direction de la CGT  montrait une prise de distance avec le PCF. Ce fut le cas dans les années 1990 par la démission ou le non renouvellement des mandats de dirigeants (Louis Viannet, puis Bernard Thibault) aux instances nationales du PCF . Si ces décisions furent très commentées, elles ne produisirent pas de vraies difficultés dans le corps militant.Il est également important de préciser qu’en 2003, nous étions à la fin du mandat de Robert Hue (qui n’a pas laissé une marque très positive dans le PCF !), et que c’est à partir de 2005 (Traité constitutionnel européen) puis 2008-2009, qu’une stratégie nouvelle de rassemblement a vu le jour, dans laquelle le PCF a pris une part active.

En 2003, les problèmes s’étaient accumulés dans la CGT : définition d’un projet syndical propre et indépendant, rapport au salariat, et prises de décisions très délicates sur le fonctionnement organisationnel (centralisation des cotisations, début de redéfinition des structures…), le tout sans arbitrage « du » parti. Les débats du congrès de 2003 furent vifs et Bernard Thibault a dû monter  à la tribune pour rappeler à la raison une assemblée turbulente, le tout dans une assez grande confusion. La décision précise sur les cotisations (non traitée ici) a dû être reportée au congrès suivant (2006), même si le « principe » était acquis.

Mais justement, l’autorité personnelle de Bernard Thibault ne posait pas problème en 2003. Il lui a fallu cependant encore une fois « larguer les amarres » en 2012-2103, pour gérer sa succession. On sait que cela s’est mal passé, malgré une vraie consultation des structures.

Tous ces épisodes sont aussi racontés avec plus de détail dans le livre de Leila de Comarmond (journaliste aux Echos) : Les vingt ans qui ont changé la CGT (Denoël impacts, 2013), livre difficile à trouver au 50ème congrès de la CGT en mars 2013 à Toulouse.

 

47°  CONGRES DE LA CGT (2003)
Comment vivre sans le PCF ?

 

Le mensuel Liaisons sociales de mars 2003 titre : « Comment Thibault rame pour manœuvrer le paquebot CGT ». Estimant que les adhérents CGT sont « moins politisés qu’il y a quelques années », Bernard Thibault, dans une interview, n’hésite pas à enfourcher le thème du « recentrage » pour caractériser son projet : « Si vous entendez par recentrage le fait d’avoir une appréhension plus syndicale des problèmes, alors oui. » En 1978-1979, après la défaite de l’Union de la gauche aux législatives, telle était presque mot pour mot l’argumentation mise en avant par la direction de la CFDT rangée derrière Edmond Maire. Cessons de dépendre du politique et faisons notre boulot syndical avec réalisme ! On connaît la suite pour la CFDT. L’histoire va-t-elle bégayer ? Après la claque de la gauche plurielle le 21 avril 2002, après la deuxième « chute du mur » du PCF, [dont le candidat est] passé derrière la LCR et Lutte ouvrière à la présidentielle, la CGT est assurément forcée de trouver une voie «indépendante » et de rompre radicalement avec sa culture historique commune d’avec le PCF. Mais pour quel projet ?

Enterrement ou rupture
Lors des récentes obsèques d’Henri Krasucki (secrétaire général de la CGT de 1981 à 1992), Bernard Thibault déclare : « Tout le monde comprend qu’un nouveau chapitre est ouvert dans l’histoire de la CGT, mais il est loin d’y avoir unanimité sur la façon de l’écrire » (Liaisons sociales, mars 2003). Le débat est donc ouvert. Si en effet un dirigeant confédéral a personnifié avec force la dépendance totale de la CGT aux soubresauts de la politique du PCF, c’est bien Henri Krasucki entre 1979 et 1992. Pourtant, la direction CGT avait déjà réfléchi, dans les années 1970, aux conséquences du suivisme syndical face aux partis politiques. Et Georges Séguy, au congrès de 1978, en avait tiré des conclusions très audacieuses : prendre de la distance avec le PCF et proposer de construire un « Comité unitaire d’action syndicale » avec une CFDT à l’époque encore marquée par 1968.
Mais la CFDT refuse (recentrage naissant), et d’autre part, H. Krasucki fait tout, contre Georges Séguy, pour relayer dans le syndicat la politique du PCF et faire de la CGT un appendice suiviste des tournants de Georges Marchais : depuis la rupture de toute unité, le « bilan globalement positif » des pays de l’Est, jusqu’à l’entrée de ministres communistes au gouvernement de Mitterrand en 1981, leur sortie fracassante, etc. La CGT y a perdu les deux tiers de ses adhérents. A tel point que le dernier combat de Krasucki a justement été, en 1991, de tenter lui aussi de prendre de la distance avec certains cadres du PCF qui se considèrent « en mission » dans la CGT.
Pour Jean-Louis Moynot, ancien dirigeant de la CGT, le projet de Thibault (qu’il soutient visiblement à fond, si l’on se réfère au Monde du 14 mars 2003) serait en quelque sorte le parachèvement de celui de G.Séguy en 1978, plus de « vingt ans après ». Ce qu’il y a de vrai ici, c’est la nette volonté de Thibault d’extraire la CGT de la stricte dépendance du PCF, en sautant d’un tandem dont le pilote serait en perdition. C’est en effet pour la CGT une question de vie ou de mort. Avec 32,9 % aux prud’homales de décembre 2002, la CGT (dont le bureau confédéral est paradoxalement composé aux trois quart de membres du PCF, soit plus qu’il y a vingt ans) reste la première confédération, mais elle continue à subir une érosion, surtout dans l’industrie, où la CFDT progresse. Le seul secteur en progrès est le commerce, comme à Paris, après les luttes phares des derniers mois (non sans tensions entre les secteurs militants de terrain et la direction), et l’entrée dans la CGT de syndicalistes en rupture avec la politique pro-libérale de la CFDT.
Mais justement, la question stratégique posée aux congressistes CGT est de savoir si cette rupture symbolique avec le PCF va se faire dans une optique anticapitaliste plus claire et plus mûre (que l’ancienne phraséologie du PCF) ou, au contraire, vers une forme d’accompagnement du système, dont on ne pourrait changer qu’à la marge les choix principaux. Malheureusement, plusieurs événements prouvent que la CGT est plutôt en train d’amplifier la crise de ses repères, sous prétexte du refus de la « globalisation » et des anciennes consignes « qui partent d’en haut ».
Comment expliquer par exemple que le bilan d’activité confédérale depuis le congrès de Strasbourg de janvier 1999 ne contienne pas une ligne de commentaire sur la politique du gouvernement Jospin soutenu par le PCF ? Par l’indépendance de la CGT ? Au congrès de Strasbourg, les 35 heures étaient la question clé. Mais la CGT n’a jamais su (pour certains) ni voulu (pour ses dirigeants) tracer une vraie ligne indépendante sur ce point, par exemple, en disant clairement que la loi Aubry n’était «pas un point d’appui » (débat vif sur ce point au congrès de la fédération des métaux CGT en 2000) pour agir contre le patronat. Maryse Dumas a refusé, à Strasbourg, de soutenir un amendement engageant une bataille contre les reculs du Code du travail en matière de flexibilité, facilités par la loi Aubry.
Sur les licenciements, pendant la vague de luttes coordonnées du printemps 2001 (biscuits Danone, magasin Mark and Spencer, Air liberté), la CGT appelle seule à une journée d’action le 22 mai (passée presque inaperçue), premier jour du débat parlementaire sur la loi dite de « modernisation sociale ». Mais elle refuse, le 9 juin – alors que ce même débat parlementaire, prolongé, en était à une phase décisive -, de prendre part à la manifestation des entreprises en lutte, soutenues par les organisations de chômeurs et des partis politiques (PCF, Verts, LCR, LO, AL). Or, une solide implication confédérale dans cette manifestation réussie l’aurait faite passer au stade de confrontation avec le gouvernement, débouchant sur une radicalisation politique nécessaire à gauche. La CGT ne l’a pas voulu, prétextant encore l’indépendance. Mais par rapport à qui ? Au PCF et à « l’extrême gauche », peut-être, mais au gouvernement Jospin, c’est moins clair !
Quant à l’appui donné à Denis Cohen, secrétaire général de la fédération mines-énergie (par une lettre de J.-C. Le Duigou à la fédération mines-énergie, ce qui signifie forcément le feu vert de Bernard Thibaud) pour accepter l’accord [sur le régime des retraites] négocié avec la direction d’EDF-GDF, peut-on le justifier par l’indépendance ? Si un dirigeant CGT a été dans la dernière période un partisan caricatural de Robert Hue, allant jusqu’à figurer sur sa liste aux européennes de 1999, c’est bien Cohen ! Et la justification du compromis sur le régime des retraites d’EDF-GDF ne peut absolument pas être argumentée par un quelconque problème urgent de solvabilité du régime, mais uniquement par la stratégie de privatisation voulue par les comptables du capitalisme mondialisé [privatisation effective en 2004].
[…]
Nouveau siècle, nouveau syndicalisme ?
Le sectarisme de certains, le suivisme vis-à-vis de certains partis, un syndicalisme prétendant donner des ordres aux salariés ou réguler (CFDT) par-dessus leur tête « l‘intérêt général » plutôt qu’encourager leur initiative, ont abouti au repli des syndicats sur des appareils à la recherche d’une nouvelle légitimité. La CGT n’y échappe pas. A la croisée des chemins, elle reste traversée par les aspirations à un syndicalisme de lutte de classe, d’unité, d’ouverture aux mouvements de contestation du néocapitalisme (Forum social mondial et européen fin 2003), de pratiques nouvelles en phase avec les aspirations démocratiques du salariat d’aujourd’hui. Bref, une confédération unitaire pour un siècle nouveau, dans un contexte radicalement différent de 1902, où la CGT s’est affirmée.
L’histoire tumultueuse de son lien au PCF a besoin d’une révision complète, non pas au profit d’autres allégeances politiques, mais pour inventer, dans le pluralisme, un projet syndical neuf et mobilisateur […].
Dominique Mezzi (Rouge, mars 2003)

 

APRES LE 47e CONGRES CGT

Le « paquebot » largue les amarres

L’image d’un lourd « paquebot » CGT très difficile à faire bouger est régulièrement présente chez des commentateurs qui attendent une adaptation « réaliste » de la CGT. A la veille du référendum EDF-GDF de janvier 2003, où Denis Cohen, secrétaire général de la fédération énergie, approuvé en interne par Jean-Christophe Le Duigou (et donc par B. Thibault), donnait son feu vert à une « réforme » des retraites (désavouée ensuite massivement par les syndiqués et les salariés lors d’un référendum), Michel Noblecourt (dans Le Monde) décrivait cette « épreuve de vérité » pour la CGT. Il répertoriait trois « mutations » préparatoires à un recentrage assumé, comparable à celui de la CFDT de 1978 : la rupture du rapport au politique, et notamment au PCF ; la volonté d’une politique « contractuelle » (signature d’accords) ; et une avancée vers « les réformes », dont celle des retraites.
Le 47ème congrès s’est-il déroulé selon ce schéma ? […] L’orientation voulue par la direction confédérale est approuvée confortablement (75%), mais le pourcentage des contre et des abstentions a quand même doublé depuis le 46ème congrès, où le rapport général totalisait 91% des mandats. Certains votes d’amendements ont enregistré des résultats significatifs. Bernard Thibault lui-même a dû monter au filet à deux reprises pour appeler le congrès et « la majorité des 75% » à la responsabilité, devant un débat houleux qui menaçait d’échapper à la maîtrise de la direction.
Il y a donc bien un débat d’orientation qui s’affirme. Quoi de plus normal par ailleurs dans un congrès syndical ? Sauf que dans la CGT, la confrontation d’orientations différentes est certes possible, tolérée, tant qu’elle est émiettée ou individualisée. Mais lorsqu’elle prend la forme d’un débat structuré, avec des cohérences visibles entre syndicats différents, fédérations différentes, villes différentes, elle met vite en situation de fragilité le système de cohésion interne, habitué à l’unanimisme, au sentiment puissant de former un « corps commun ».
Dans Critique Communiste du printemps 2001, nous décrivions ainsi la bifurcation devant laquelle se trouvait la CGT : « Dès lors, deux voies s’engagent : celle d’une nouvelle CGT brisant le moule d’origine stalinienne, mais sans rompre avec l’identité lutte de classe, en tentant de la refonder dans les mouvements sociaux d’aujourd’hui ; ou celle d’une CGT s’adaptant empiriquement … à l’énorme puissance de séduction du capitalisme moderne. » Nous disions que si les débats depuis 1989-91 avaient mis en évidence des « croisements entre ces deux voies, des interrogations et des déchirements », « rien n’était encore bloqué dans un sens ou dans l’autre ». Après le 47ème congrès, peut-on dire que la page est tournée ? […].
L’éco-système

Pour comprendre le mécanisme historique d’évolution de la CGT, plusieurs entrées sont possibles. Mais celle de la rupture d’équilibre de ce qui fut appelé, par Georges Lavau, « l’éco-système » CGT-PCF, est probablement une des plus pertinentes […].
Dans un dossier de Rouge du 20 mars 2003, nous posions, en forme de boutade, la question suivante pour résumer le congrès CGT : « Comment vivre sans le PCF ? ». Cette façon de voir peut être d’autant plus questionnée que depuis le 46ème congrès, nous assistons à un paradoxe étonnant: alors que la direction CGT fait tout ce qu’elle peut pour ne plus paraître liée au PCF, sa haute direction est de plus en plus monocolore : probablement 75% de membres du PCF au bureau confédéral après le 46ème congrès, et peut-être 80% après le 47ème (contre 50% autrefois). Parallèlement, à la Commission Exécutive confédérale, restreinte numériquement, le pluralisme politique est quasiment nul. Et il semble bien qu’une semblable évolution se vérifie dans pas mal d’organisations nationales CGT. C’est moins vrai pour les organisations plus proches du « terrain », où se vérifie parfois l’inverse : la désertion, ou la disparition du PCF de l’animation syndicale concrète. Certains militants ressentent à nouveau ce qui semblait avoir disparu depuis le début des années 1990 : la chasse aux sorcières, ou l’intimidation idéologique (« Tu n’es pas dans la démarche CGT ») […].
Notre hypothèse est donc que la direction CGT a besoin, pour fonder son avenir en tant que première centrale syndicale (32,9% aux prud’homales, mais érosion maintenue, contre 3,3% pour le PCF aux présidentielles en 2002), de souder son système d’implantation, de direction et d’orientation de manière à ne plus dépendre directement des évolutions du PCF (et surtout de ses non réponses, comme en témoigne le récent congrès du PCF, qui ne débouche sur rien d’autre que la gestion de l’appareil sans offre politique). On peut même risquer l’hypothèse que la manière dont la CGT résoudra (ou non) le problème de l’assise et du renouvellement de ses bases matérielles de développement, associés aux orientations qui donnent une cohérence stratégique à ce projet pour son réseau militant, pourra servir de test et de « modèle » de réflexion pour la crise de la gauche tout entière, et du PCF en même temps.
On voit d’ailleurs les prémisses d’un scénario de ce type, au-delà du PCF, dans l’intérêt porté par le Parti socialiste au concept de « sécurité sociale professionnelle » débattu au congrès CGT (thème qui parcourt par ailleurs pas mal de réseaux militants, et dont il faut reconnaître qu’il reproduit aussi, sous une autre forme, une élaboration issue du secteur économique du PCF à travers la « sécurité-emploi-formation », proposée par Paul Boccara (Une sécurité d’emploi et de formation, P. Boccara, Le temps des cerises, 2002).
Ce n’est pas la première fois que la « courroie de transmission » fonctionne quelque peu à l’envers. C’était déjà le cas au milieu des années 1990, quand la CGT de Louis Viannet paraissait plus innovante, avec ses « modernistes » comme porteurs d’idées (que L.Viannet a repris sans l’avouer), qu’un PCF sortant d’une phase classiquement sectaire. Dans Politique La revue (octobre-décembre 1996, numéro spécial PCF), nous écrivions : « Les deux directions sont maintenant contraintes de négocier indirectement leur positionnement, (…), de tenir compte de leurs besoins réciproques, et d’éviter de se nuire». Or, à plusieurs reprises, dans les croisements d’intérêts entre les deux organisations, se sont produits des conflits publics. Depuis le 46ème congrès de Strasbourg en 1999, nombreux et à chaque fois très médiatisés (y compris volontairement), ont été les signes de prise de distance de la CGT avec la direction du PCF. Le PCF, pour sa survie politique, a parfois pris des initiatives intempestives qui ont beaucoup irrité la direction CGT, laquelle n’avait pas toujours été consultée.
On se souvient par exemple que la CGT a refusé de soutenir la manifestation du 16 octobre 1999 sur l’emploi, initiée par le PCF [alors au gouvernement], soutenue par la LCR et Lutte ouvrière, ainsi que d’autres organisations (chômeurs), en plein débat sur les licenciements et la loi Aubry des 35 heures. L’affaire était certes compliquée et a donné lieu à des remous dans tout le mouvement social sur « les rapports au politique ». Mais la CGT a par la suite été incapable (sauf sur les cadres) de lancer ses propres initiatives nationales sur cette question [des 35 heures], ayant sur la loi Aubry une approche de critique bienveillante, justifiée au congrès de Strasbourg par l’idée qu’il ne faut pas toujours être contre tout.
Le problème était beaucoup plus simple sur la manifestation nationale du 9 juin 2001 contre les licenciements, initiée cette fois par des entreprises (Danone, M&S) et des syndicats, soutenue par des associations et un panel politique pluriel allant du PCF à la LCR, LO, AL en passant par les Verts. Mais la CGT a également refusé, non sans débats internes houleux, certains responsables syndicaux membres du PCF soutenant plutôt cette participation.
La consécration politique de cette orientation a été médiatisée par la sortie de B. Thibault du Conseil National du PCF (lors d’un congrès extraordinaire de celui-ci en 2001, alors que parallèlement Jacqueline Lazarre et Christine Puthod, membres du bureau confédéral, y faisaient leur entrée, mais n’ont pas été reconduites au nouveau bureau issu du 47ème congrès), et sur la rencontre de juillet 2001 entre les deux directions (Bernard Thibault et Robert Hue présents), à l’issue de laquelle les documents échangés ont été reproduits in extenso dans la Nouvelle Vie ouvrière. On y lit notamment ceci : la CGT est « pleinement disposée à débattre en permanence avec tous les partis démocratiques », y compris d’objectifs revendicatifs, mais en excluant « toute attitude de soutien ou de co-élaboration d’un projet politique quel qu’il soit ». On y lit aussi cette idée intéressante de rejet de « toute suprématie naturelle de l’ordre du politique » qui impliquerait la « subordination du syndicalisme ». Mais notre interprétation de ce passage […] rejoint plutôt celle du livre collectif de dirigeants de la CGT en 1995 : Faut-il réinventer le syndicalisme (Gérard Alezard, Lydia Brovelli, Gérard Delahaye, Jean-François Leterrier) où on lisait : « Paradoxalement, le syndicalisme se retrouve trop « politisé » pour ne pas l’avoir été suffisamment, c’est parce qu’il n’a pas bâti lui-même son propre projet syndical qu’il s’est inscrit dans celui des autres » (par ailleurs, bien des propositions de ce livre sont devenues aujourd’hui celles de la CGT).
Ainsi le 9 juin 2001, la CGT pouvait apporter son propre projet syndical contre les licenciements, y compris la sécurité sociale professionnelle, mais elle a préféré, sous prétexte de ne pas se mélanger aux politiques, éviter au gouvernement Jospin une crise sévère. Une certaine façon de défendre l’indépendance peut ainsi conduire à d’autres…dépendances. Comme le dit aussi l’historien Michel Dreyfus (Histoire de la CGT, éditions Complexes, 1995), la thématique de l’indépendance, magnifiée depuis la Charte d’Amiens de 1906, cache mal un certain « refoulement » du politique […]
Une autre interprétation est encore possible du refus (« refoulé ») de la politique. Il faut un projet, mais après le 21 avril 2002, il n’est pas près d’émerger à gauche. Il n’y a pas d’alternative politique. Selon certains militants extrêmement démoralisés du PCF et de la CGT, seul un « populisme » avec variantes de droite et de gauche (« gauchiste ») serait aujourd’hui l’émanation de la crise sociale. Selon certaines hypothèses, le nouveau projet sérieux passera par une sorte de confédération souple autour du PS (avec des « volontaires » du PC, des Verts ?). En attendant, Raffarin et Chirac vont gouverner et le syndicalisme ne pourra que limiter les dégâts [selon cette conception démoralisée]. Comme le disait déjà L. Viannet en décembre 1995, à un jeune manifestant qui voulait faire tomber Juppé : « Mais par qui le remplacer ? » […]

Venons-en à la crise d’implantation sociale.

L’ « éco-système » CGT-PCF reposait sur un substrat social et historique commun : le développement d’une classe ouvrière industrielle et de grandes entreprises nationales (Renault, EDF…). Et l’accession de la classe ouvrière française, grâce à la phase de luttes ou de grands évènements (1936-1946) à un statut de reconnaissance nationale, mais aussi d’intégration dans le tissu politique historique, avec tout ce que cela implique de fierté collective, de sentiment de force, d’avenir possible, etc. CGT et PCF représentaient « la » classe ouvrière.
Le déclin a commencé en 1968, il est long et cruel. Mais le PCF, s’il conserve des réseaux militants précieux et combatifs, n’est pas enraciné dans les potentialités nouvelles du salariat, notamment sa jeunesse. Politiquement, il le subit depuis longtemps, et de plein fouet. La CGT est menacée également, parce que son appareil matériel n’est assis que sur cinq ou six grandes fédérations du secteur public, et quelques grandes branches industrielles affaiblies. La CGT a un besoin impératif de renouveler son rapport à la classe ouvrière du secteur privé ou employé (services, commerce, communication, techniciens, PME), quitte à mettre un bémol à certaines traditions revendicatives du « public » pour paraître mieux entendue de certaines couches ayant subi les reculs des dernières années […] On ne peut […] comprendre autrement les hésitations et tergiversations autour de la revendication du retour aux 37,5 annuités pour tous sur les retraites, qui peut être ressenti comme faisant trop la part belle au secteur public.
La CGT se voit donc contrainte, sous peine d’asphyxie, de renouveler sa base sociale. Ce faisant, elle est fascinée par les résultats indéniables obtenus par la CFDT […], au prix du recentrage vers le syndicalisme du possible (prédéterminé par les choix patronaux essentiels). Elle opte donc pour un pragmatisme revendicatif […].
Il ne faudrait pas, par ailleurs, se tromper de débat. Que la CGT se présente comme le syndicat des «conquêtes sociales » et valorise les avancées concrètes, n’est pas critiquable. Un syndicat, c’est d’abord cela. La CGT a trop vécu sur la base de consignes venues d’en haut, de slogans ronflants et creux. Mais le monde a changé. La jeunesse, les salariés, ne croient plus aux discours seulement généraux. Il faut inventer un langage et une pratique nouvelle, efficace, mesurable, s’appuyant sur une culture démocratique beaucoup plus forte, sur l’intelligence collective. Il faut se coltiner les salariés du secteur privé d’aujourd’hui, qui n’est plus le même que dans les années 1950. Or une partie importante du corps militant CGT n’est pas formée à cela […].
Il en va ainsi de l’objectif d’un « statut du salarié » et de la « sécurité sociale professionnelle », avec lequel la direction CGT tente de redonner une cohérence à son action. Bien des équipes ne comprennent pas et sont désappointées […].
Au total, le 47ème congrès de la CGT a donc été le théâtre de deux crises entrelacées, quoique distinctes : celle du projet politique de la CGT, et celle de son implantation sociale, comme facteur d’affaiblissement de son appareil matériel [au centre du congrès lui aussi]. Le dénouement est à venir […].
Dominique Mezzi (Critique Communiste, mai 2003)

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s